Grand oral du bac : l'éloquence, point faible du système scolaire français

© AFP

L'édition du baccalauréat 2022 continue avec le grand oral, dont les sessions commencent ce lundi, pour près de 500.000 terminales en filière générale et technologique. Cette épreuve, introduite en 2019, a été testée pour la première fois l'année dernière. Cet examen qui représente 10% de la note finale fait angoisser nombre d'élèves, notamment parce que l'oral est peu valorisé et travaillé en classe. À l'inverse, dans d'autres pays, l'éloquence prend une place plus importante dans les programmes.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"Il y a un côté un peu théâtral, auquel les élèves ne sont pas préparés"

Dès les petites classes, le professeur parle et les élèves écrivent. Pour les prises de parole lors de débats ou exposés, c'est plutôt le fond que la forme qui compte. "Ce qui est demandé au grand oral, ce sont davantage des capacités de prestance, de positionnement physique. Il y a un côté un petit peu théâtral, auquel les élèves ne sont pas du tout préparés", constate Sylvie Plane, professeure émérite en sciences du langage à l'université de la Sorbonne.

Le grand oral nous vient d'Italie , où depuis les années 1960, il représente un tiers du bac. Une épreuve préparée soigneusement dans le secondaire par des oraux individuels très réguliers. Jean Sommer, coach de la voix et de la prise de parole en public, déplore le retard des Français : "Les Italiens sont beaucoup plus extravertis physiquement que les Français. On le voit puisqu'ils font des geste...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles