Une grand-mère soupçonnée de tentative d'assassinat sur ses petits-enfants

·2 min de lecture

Une femme de 60 ans a été placée en détention provisoire mercredi à Pau. Elle est suspectée d'avoir drogué ses petits-enfants avant de mettre le feu à la maison.

Dans la nuit du 14 au 15 avril, les pompiers ont été appelés pour maîtriser un incendie dans une maison d'Habas, dans les Landes. Ils y ont découvert ses quatre habitants inconscients, intoxiqués par la fumée : un homme handicapé, une femme et ses petits-enfants de 10 et 12 ans. La famille a été hospitalisée dans un état grave à l'hôpital de Bordeaux.

Très vite, les enquêteurs se sont dirigés vers la piste d'un incendie non pas accidentel mais criminel. «Dès le lendemain, différents éléments ont laissé penser à un geste prémédité, avec plusieurs départs de feu dans des circonstances qui indiquaient que c'était l'une des personnes vivant au domicile qui était à l'origine du sinistre», a fait savoir à l'AFP le procureur de Mont-de-Marsan, Olivier Janson.

La grand-mère nie les faits

A sa sortie de l'hôpital, la grand-mère, âgée de 60 ans, a été placée en garde à vue. Elle est soupçonnée d'avoir drogué son compagnon et ses petits enfants avant de mettre le feu à la maison. Des relevés toxicologiques ont en effet révélé la présence de benzodiazépines, une molécule notamment présente dans les somnifères, dans l'organisme des quatre membres de la maisonnée, selon France Bleu Gascogne.

Face aux enquêteurs, la sexagénaire n'a pas reconnu les faits et aucun mobile n'a encore été déterminé. L'avocate de la suspecte, Me Lucie Chimits, a déclaré que de «nombreux éléments» restaient «encore à vérifier» et que sa cliente disait n'avoir «aucun souvenir» de la soirée de l'incendie, tout comme les autres membres de sa famille, rapporte France 3.

Mercredi, la grand-mère a passé sa première nuit en prison, à Pau, après avoir été mise en examen pour «tentative d’assassinat» sur ses deux petits-enfants et son compagnon.


Lire la suite sur Paris Match