Une grand-mère de 89 ans découvre l’auto-stop avec son petit-fils

One man, backpacker sitting by the highway and hitchhiking, part of.
South_agency / Getty Images One man, backpacker sitting by the highway and hitchhiking, part of.

South_agency / Getty Images

Une grand-mère de 89 ans découvre l’auto-stop avec son petit-fils, « une pure dose de bonheur » (photo d’illustration)

VACANCES - « C’était une pure dose de bonheur ». Début juin, pour le week-end de Pentecôte, Thérèse, 89 ans, s’est lancée dans une aventure inédite pour elle. La grand-mère, veuve depuis janvier, s’est laissée convaincre par son petit-fils de voyager avec lui en auto-stop de Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique) à Concarneau (Finistère), avec l’aide d’une quinzaine d’automobilistes.

Adepte de l’auto-stop, Jules, 25 ans, rêvait depuis longtemps de faire découvrir ce mode de transport à sa grand-mère. « Mes grands-parents étaient un peu inquiets de savoir ce que je faisais souvent du stop, a-t-il expliqué à Ouest France. J’avais essayé de leur expliquer qu’il fallait qu’ils tentent l’expérience, parce que j’aime beaucoup en faire. On y fait des belles rencontres. » Après la mort de son grand-père, il promet à a sa mamie qu’ils feront « quelque chose ensemble tous les deux » pour lui remonter le moral.

Prête à repartir en 2023

« Je n’étais pas persuadé qu’elle le ferait », a-t-il confié au Républicain Lorrain, mais Thérèse s’est prêtée au jeu malgré quelques hésitations au début. C’est même elle qui décide de la destination : Concarneau qu’elle connaît bien et qu’elle veut faire découvrir au jeune homme. « Elle était comme une enfant », se souvient Jules, qui a raconté au quotidien que les personnes qu’ils ont rencontrées étaient étonnées de voir une octogénaire faire de l’auto-stop. « Les conducteurs étaient curieux et admiratifs : tellement de personnes lui ont fait des compliments, se réjouit-il. C’était une pure dose de bonheur. »

Les choses se passaient tellement bien que grand-mère et petit fils ont eu peur de parcourir les 480 kilomètres de trajet trop rapidement. Pour prendre leur temps, « on a fait un arrêt à Pont-Aven pour déjeuner », raconte Thérèse à Ouest France. « On a rencontré un couple de retraités qui nous ont fait tout un tour du littoral avant de nous emmener à Concarneau », poursuit-elle. La grand-mère, qui a pris de nombreuses photos avec Jules, est prête à renouveler l’expérience pour « quatre ou cinq jours » si elle est « dans l’état où [elle] se trouve aujourd’hui ».

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles