Grand froid : les viticulteurs redoutent le gel des vignes

De nombreuses bougies ont été allumées dans un champ de Chassagne-Montrachet (Côte-d'Or) pour lutter contre le froid et le gel. Depuis 1 heure du matin, mardi 6 avril, Jean-Christophe Gutrin, victiculteur, est au chevet de ses vignes. Un an de labeur est en jeu. "La température est tombée à -1,5°C, donc c'est préférable d'allumer. On a de la chance, il n'a pas plu cette nuit comme ça a été annoncé par la météo", confie Jean-Christophe Gutrin. "Un travail de forçat" Le thermostat peut descendre jusqu'à -3°C selon le vent et l'orientation des parcelles. "C'est un travail de forçat, parce que même en mettant des bougies, on n'est pas sûr d'y arriver", déplore le viticulteur. Ce combat est devenu récurrent depuis plusieurs années. Un ventilateur géant a même été installé pour réchauffer les cultures. Les deux prochaines nuits seront à nouveau très délicates, alors que des températures encore plus froides sont attendues.