"Le Grand Débat" de la présidentielle: à chacun son quart d'heure de gloire

Geoffroy Clavel
Porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, voici pourquoi je ne voterai pas Macron au second tour

PRESIDENTIELLE 2017 - Certains redoutaient un premier débat télévisé inodore et sans saveur avec cinq candidats paralysés par l'enjeu. Il n'en fut rien. Après une première demi heure poussive au cours de laquelle chacun est resté dans son couloir, "Le Grand débat" de TF1 opposant ce lundi 20 mars Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon a pris son envol, donnant de fait le coup d'envoi d'une campagne présidentielle hautement incertaine.

Pas sûr que cette première joute cathodique n'ait fait basculer le scrutin tant sa durée aura pu décourager les plus mordus de politique. Manquaient d'ailleurs à l'appel six des onze candidats officiellement en lice, recalés par la chaîne au nom de la clarté des échanges. Si Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron ont jugé bon de critiquer ce choix (qu'ils ont pourtant accepté), ce casting aura au moins permis aux cinq candidats présents de s'exprimer longuement.

Très longuement. Près de 3h30 de discussions et de propositions en rafales, entrecoupées de passes d'armes, d'interpellations et de quelques traits d'humour portés par un Jean-Luc Mélenchon particulièrement en forme. Un sondage Elabe pour BFMTV réalisé pendant l'émission a d'ailleurs plaidé en faveur du candidat de la France insoumise. Si Emmanuel Macron a été jugé le plus convaincant par 29% des téléspectateurs, l'eurodéputé se classe deuxième (20%), juste devant François Fillon et Marine Le Pen (19%) mais loin devant son rival socialiste Benoît Hamon (11%).

Dans les faits, chacun des participants a eu droit à son quart d'heure de gloire ce lundi soir.

POUR MACRON, LA MEILLEURE ATTAQUE, C'EST LA DEFENSE

On connaissait Emmanuel Macron en champion de la "bienveillance", on le connaissait moins en boxeur prêt à répliquer aux coups en dessous de la ceinture. Si l'ancien ministre de l'Economie a passé un long moment à chercher des points d'accord avec ses adversaires, y compris Marine Le Pen, le fondateur d'En Marche!...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages