Le grand concert de New York écourté sous la menace d'un ouragan

·3 min de lecture
Un message sur la scène d'un concert se déroulant à New York le 21 août 2021 - Kena Betancur / AFP
Un message sur la scène d'un concert se déroulant à New York le 21 août 2021 - Kena Betancur / AFP

Bruce Springsteen, Patti Smith ou encore Paul Simon étaient en tête d'affiche d'un concert prévu ce samedi dans l'enceinte de Central Park. Mais cet événement, organisé pour marquer les "retrouvailles" des artistes avec le public de New York, ville fortement touchée par la pandémie de Covid-19, a été arrêté sous la menace de l'ouragan Henri.

Le chanteur Barry Manilow a été interrompu au milieu d'une chanson par une voix enjoignant les spectateurs à se diriger rapidement mais calmement vers la sortie la plus proche, à cause de l'approche de nuages orageux.

"Je trouve que, pour la sécurité, ça se comprend. D'ailleurs j'entends le tonnerre", a réagi Maria Fuentes, spectatrice.

D'importantes précipitations

Quelque 60.000 spectateurs étaient attendus au concert alors que l'ouragan, avec des vents à 120 km/h, se rapprochait, devant atteindre la côte est américaine dans la journée de dimanche. Il doit arriver à Long Island, près de New York, ou un peu plus au nord en Nouvelle-Angleterre, selon le Centre américain de surveillance des ouragans (NHC), qui s'attend cependant "à un affaiblissement avant son arrivée". L'ouragan devrait contourner New York mais pourrait néanmoins provoquer d'importantes précipitations dès samedi soir.

Ainsi s'est interrompu un spectacle qui avait commencé à 17 heures, avec des groupes de spectateurs dansant, applaudissant et étalant des nappes de pique-nique, prêts pour cinq heures de musique live.

Avant l'arrivée des nuages, beaucoup de spectateurs restaient inquiets de la situation épidémique, malgré l'obligation de vaccination exigée à l'entrée. Tous les participants de 12 ans et plus devaient fournir une preuve de vaccination, excepté pour les personnes n'ayant pas pu recevoir de vaccin en raison d'un handicap. Les masques n'étaient pas requis pour ce concert en extérieur, sauf pour les enfants non-vaccinés.

"New York est de retour"

Le maire de la plus grande ville des Etats-Unis, Bill de Blasio, a déclaré vendredi à une radio locale que l'évènement avait été prévu "pour vraiment dire aux gens que New York est de retour, pour le dire au monde entier". Depuis le début de la pandémie, New York déplore plus de 33.000 victimes du Covid-19.

Sur la pelouse de Central Park, Bill Thompson, New-Yorkais de longue date, s'est dit "plus que jamais sur (ses) gardes". "Je suis ravi que ce soit un public vacciné et qu'il faille montrer une preuve", a expliqué cet homme de 69 ans après avoir applaudi Diana Ross et Simon and Garfunkel sur scène.

Dans les semaines menant à l'évènement, une série de concerts a également eu lieu à travers les différents quartiers de la ville, avec notamment Big Daddy Kane, Slick Rick, KRS-1, ainsi que Ghostface Killah et Raekwon, membres du groupe Wu-Tang Clan. Les légendaires George Clinton & The P-Funk All-Stars se sont aussi produits lors d'un concert dans le quartier de Queens vendredi soir.

A l'exception de certaines places VIP, les billets étaient gratuits pour assister au concert de samedi lors duquel étaient annoncés Santana, Jennifer Hudson, LL Cool J, Barry Manilow, ou encore Earth, Wind and Fire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles