Le Grand chemin (W9) : que deviennent les enfants du film, Antoine Hubert et Vanessa Guedj ?

·1 min de lecture

À la fin des années 50, Claire, une mère en difficulté, confie Louis, son fils de neuf ans à un couple d'amis, Marcelle et Pelo, qui vivent à la campagne. Un sacré changement pour le petit garçon qui vivait jusque là à Paris. Très vite, il fait la rencontre de Martine, qui devient son amie. Ensemble, les deux enfants font les 400 coups. Diffusé ce mardi sur W9, Le Grand chemin a conquis plus de trois millions de spectateurs lors de sa sortie en salles en 1987. Un joli succès public et critique, symbolisé par les deux César attribués à Anémone (qui incarne Marcelle) et Richard Bohringer (Pelo). Mais au-delà de ces deux acteurs, ce sont bien les jeunes héros du film qui ont marqué les spectateurs. Près de trente ans après, que sont-ils devenus ?

Désormais âgée de 44 ans, Vanessa Guedj, qui joue Martine, a vite enchaîné avec Les maris, les femmes, les amants de Pascal Thomas (1988) et a joué les choristes d'une chanteuse à la mode à l'époque, Douchka, pour la chanson Comme le dit toujours mon père. Elle est ensuite apparue dans la série pour enfants La souris noire, puis enchaîne des petits rôles dans des séries comme Maigret (1994), Julie Lescaut (1997) ou Diane, femme flic (entre 2003 et 2008). Elle apparaît également au casting des deux premières saisons de Kaamelott, dans le rôle d'Angharad. Vanessa Guedj a également sorti deux disques, en 2006 et 2007. Désormais bien installée dans le petit écran, elle a plus récemment été à l'affiche de Alice Nevers, le juge est une femme, le (...)

Lire la suite sur le site de Télé-Loisirs

Samuel Le Bihan se confie avec émotion sur l'autisme de sa fille : "Je fais tout pour qu'elle soit heureuse" (VIDEO)
Disney+ : les nouveautés de la semaine du 2 au 8 avril 2021
Sur la piste du Marsupilami (Disney+) : comment est née l'adorable créature au nom improbable ?
Programmes TV accessibles : notre sélection de films et séries en audiodescription du 3 au 9 avril
"Un truc d’entre-soi pour bobos parisiens" : l’avis cash de Dominique Besnehard sur les César