Le Grand bain (TF1) : pourquoi on a adoré le film de Gilles Lellouche

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un grand plouf ! Pour sa première réalisation en solo, Gilles Lellouche a choisi un sujet original et audacieux… C’est en découvrant un documentaire sur Arte que le comédien a eu l’idée de ce Full Monty aquatique, où huit hommes à la virilité défaillante, des quadras et quinquas en crise, se lancent le défi fou de remporter le championnat du monde de natation synchronisée masculine, alors qu’ils n’ont ni le physique ni les capacités pour concourir à cette compétition sportive. Fable sociale délicieusement déjantée sur la reconquête de l’estime de soi, Le Grand bain prend en effet pour protagonistes des losers et des dépressifs chroniques qui tentent de trouver un second souffle et sortir la tête de l’eau. Pour ces hommes, la piscine municipale va être le lieu d’une thérapie de groupe.

Pour interpréter cette bande de bras cassés, le cinéaste a choisi des acteurs venus d’horizons différents : les formidables Mathieu Amalric, Benoît Poelvoorde, Guillaume Canet, Jean-Hugues Anglade, Philippe Katerine, Félix Moati, Alban Ivanov et Balasingham Thamilchelvan. Des comédiens qui se sont mouillés au sens propre du terme avant le tournage en suivant pendant trois mois un entraînement intensif : de quoi souder des liens, ce qui transparaît à l'écran. Autour de ces mâles à la dérive, qui touchent le fond (de la piscine), on trouve aussi des personnages féminins au tempérament fort : leur coach (Virgine Efira), une ancienne gloire des bassins tombée dans l’alcool, et son assistante, une paraplégique (...)

Lire la suite sur le site de Télé 2 semaines

Jean-Paul Belmondo : le décès de sa fille aînée Patricia à 40 ans, le drame de sa vie
Jean-Paul Belmondo est décédé à l'âge de 88 ans
Goldeneye (France 3) : savez-vous que ce James Bond est truffé de petites erreurs ?
Pierre Niney dévoile le métier dont il rêvait enfant... loin de la comédie
Les Destinées sentimentales : pourquoi Charles Berling n'était pas le premier choix d'Olivier Assayas

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles