Graffitis et peintures : l'énergie de la scène new-yorkaise des années 80 explose au château de Forbin à Marseille

Le château de Forbin, superbe domaine aux portes du Parc National des Calanques est devenu un palais du street-art. Les oeuvres sont signées par des virtuoses de la bombe qui ont donné des couleurs aux rues new-yorkaises dans les années 80. Ce mouvement est baptisé le post-graffiti. "C'est le passage de la rue à l'atelier, aux galeries et aux musées" explique Caroline Pozzo di Borgo, collectionneuse.De la rue au musée

Cette exposition met donc en lumière toute une génération d’artistes issus des minorités américaines et des ghettos new-yorkais ayant utilisé la rue comme support d’expression avant de passer à la toile. Parmi ces pionniers du mouvement, Rammellzee, Futura 2000, Dondi White, Martha Cooper ou encore Kool Koor et Crash.Une femme au milieu des hommes Tous les artistes sont des hommes à une exception près, Lady Pink. De son vrai nom, Sandra Fabara, elle fut l'une des premières femmes parmi les pionniers du graffiti urbain à New-York. Elle est d'ailleurs surnommée : Première femme du graffiti. "C'est la seule artiste femme du mouvement, considérée comme un homme. Elle avait une manière d'utiliser la bombe comme un homme car il fallait quand-même avoir certaines techniques notamment au niveau du pouce pour pouvoir appuyer longtemps dessus."Une vie de Château pour les graffitis Cette exposition a été imaginée par Stéphane Miquel et Caroline Pozzo di Borgo, deux collectionneurs d’art contemporain de la Galerie marseillaise Ghost. L'idée était notamment de présenter ces oeuvres dans un cadre exceptionnel, loin des clichés des squats et des entrepôts désaffectés. L'exposition permanente est à découvrir par petit groupe, pas plus de 15 personnes et sur réservation. Château de Forbin30 Traverse Cavaillon13011 Marseille Visites guidées sur inscription : contact@chateaudeforbin.com(Plein tarif : 10 euros, Tarif réduit : 5 euros)