Coronavirus en Espagne : La Graciosa, seule île espagnole à n’être pas touchée par le virus ni pressée de sortir de la quarantaine

Marina Velasco
Vue du village de Caleta de Sebo sur l'île de La Graciosa près de Lanzarote.

CONFINEMENT - Lorsque le chef du gouvernement espagnol Pedro Sánchez a annoncé, samedi 18 avril, que le déconfinement en Espagne se ferait par territoires de manière “asymétrique”, tous les regards se sont tournés vers les régions les moins peuplées et les plus préservées du pays.

L’Espagne rurale n’a cessé d’exiger un traitement moins urbain du confinement, qui impose les mêmes règles à toutes les municipalités, qu’elles abritent trois habitants ou trois millions. Du côté des îles, les Canaries ont demandé il y a quelques jours de lever la quarantaine avant le reste du pays. C’est l’une des régions les moins touchées par le coronavirus. Il n’y a pas de nouveaux cas depuis 15 jours à El Hierro et La Gomera, et aucune contamination à La Graciosa depuis le début de l’épidémie.

“C’est quoi le secret? Je n’en sais rien”, répond en plaisantant Miguel Páez lorsque je lui demande comment La Graciosa a réussi à échapper au coronavirus. Elle est en effet la seule île habitée d’Espagne à ne compter aucun cas d’infection. 

C’est un pur hasard Miguel Páez, de La Graciosa

Le fait que l’île ne recense que 700 habitants y a certainement contribué. Pourtant, celle qu’on appelle la huitième île des Canaries a accueilli des touristes jusqu’à la déclaration de l’état d’urgence et maintenu jusqu’à aujourd’hui les liaisons quotidiennes avec Lanzarote, où se rendent les travailleurs essentiels et d’où viennent les produits de consommation courante des habitants.

“Fin février, ma famille était à Séville. Moi, je suis allé à Barcelone et plein d’associations sont venues ici”, explique Miguel, animateur socioculturel et gérant de Gracioserito, mélange de boutique de souvenirs et de projet patrimonial. “Ces trois derniers mois, il y a eu beaucoup d’allers et retours, mais nous n’avons enregistré aucun cas d’infection”, constate-t-il.

Avant de reconnaître: “C’est un pur hasard.”

L’île compte deux villages: au nord, la zone résidentielle de Pedro Barba; au sud, face à Lanzarote, Caleta de Sebo (sur la photo).

Pour ne pas tenter le diable, les Gracioseros préfèrent rester prudents. “Jusqu’à présent, je n’ai entendu personne...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post