"Le Grêlé" enfin identifié : ce malheur qui a touché la jeunesse du tueur en série

·1 min de lecture

Le "Grêlé", tueur en série qui a sévi dans les années 1990 a finalement été identifié. François Vérove, ancien gendarme de 59 ans, a commis plusieurs viols et meurtres entre 1986 et 1994, près de Paris. Ce n'est que 35 ans plus tard qu'il a été convoqué à un prélèvement ADN dans le Gard. Il s'est donné la mort après avoir avoué trois crimes dans une lettre. Le Parisien est parti à la rencontre de son voisinage à Marcq-en-Baroeul. Si ses anciens voisins décrivent "un ado comme tous les ados du quartier", certains se souviennent néanmoins de son jeunesse bouleversée.

Un homme de désormais 75 ans, présent lorsque la famille Vérove a emménagé dans le quartier explique : "La mère de François est décédée d'un cancer deux semaines avant le déménagement." L'adolescent et sa famille entretenaient de très bons rapports avec le voisinage. Ceux qui ont été interrogés s'accordent à le décrire "sans histoires".

Néanmoins, une ancienne voisine du "Grêlé" évoque la jeunesse compliquée de ce dernier. À la mort brutale de sa mère, s'ajoute des rapports difficiles son père. "Son père était dur avec lui, très strict", fait-elle savoir. Elle précise néanmoins que son comportement n'avait rien d'anormal. "Lorsque quelqu'un est schizophrène, ça se voit parfois, confie-t-elle. Je sais simplement qu'il était encore jeune lorsqu'il a perdu sa mère..."

Lire la suite sur le site de GALA

Brigitte Macron : ce qu'elle pensait de François Hollande quand il était président
Le jour où Anne Hidalgo, enfant, a organisé une manifestation dans le salon de ses parents
Yves Montand : comment son fils Valentin a utilisé son héritage
Valentin Montand : quelle douleur la naissance de sa fille a réveillé chez lui
Yves Montand : on a retrouvé Aurore Drossart, qui n’a jamais douté être sa fille

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles