Grégoire Margotton "pas surpris" par les témoignages sur les problèmes de harcèlement

·1 min de lecture

Le documentaire de Marie Portolano Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste a eu le mérite de réveiller les consciences au sujet de l'ambiance parfois malsaine qui règne dans les rédactions sportives. L'ancienne journaliste de Canal+, désormais sur M6, a donné la parole à une quinzaine de ses consœurs pour qu'elles évoquent le sexisme dont elles sont victimes dans l'exercice de leur métier. Le film a eu une résonance insoupçonnée en raison de la force des témoignages, du courage des intervenantes et de la polémique visant Pierre Ménès. Sa défense sur le plateau de Touche pas à mon poste a d'ailleurs été jugée plutôt maladroite. Si les langues se sont déliées depuis la projection de ce doc, beaucoup attendaient la réaction de Grégoire Margotton, le commentateur des matches de l'équipe de France sur TF1. Et le journaliste ne se dit "pas surpris" par les différentes accusations de harcèlement, remarques sexistes et agressions sexuelles dont chroniqueuses et présentatrices ont été victimes.

Dans un entretien accordé au Figaro, le mercredi 24 mars, le binôme de Bixente Lizarazu appelle à un changement des mentalités et à l'application de la tolérance zéro. "Des choses très importantes doivent bouger, ça prendra du temps mais ça bouge déjà. À partir du moment où quelqu’un se comporte mal, il doit être sanctionné, ça ne va pas plus loin que ça", a-t-il affirmé, saluant "ce documentaire bien construit." Un reportage qui l'a amené à poursuivre une réflexion personnelle sur son (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Mariés au premier regard : Laure défend son frère, critiqué par les internautes
Justin Bieber se confie sur cet endroit du corps où il ne se fera jamais tatouer
Christine Bravo complètement déprimée à cause de la Covid : « Je craque, je me rends »
PHOTO Antoine Griezmann : cette heureuse nouvelle qui fait le bonheur de toute la famille
Divorce Brad Pitt et Angelina Jolie : Maddox de retour en Corée du Sud après son témoignage explosif