Qui est Grégoire de Fournas accusé de propos racistes à l'Assemblée nationale?

Qui est Grégoire de Fournas accusé de propos racistes à l'Assemblée nationale?
Le député du RN Grégoire de Fournas - RMC
Le député du RN Grégoire de Fournas - RMC

Difficile désormais de ne pas mettre un visage sur le nom de Grégoire de Fournas. Relativement méconnu du grand public, ce député du Rassemblement national (RN) a été élu député pour la première lors des dernières législatives de juin 2022 dans la 5e circonscription de Gironde (cantons du Médoc).

Il a suscité une vive indignation ce jeudi dans l'hémicycle. Au moment où le député La France insoumise Carlos Martens Bilongo posait une question concernant les migrants en Méditéranné, l'élu d'extrême droite a déclaré: "Qu'il retourne en Afrique" ou "qu'ils retournent en Afrique", selon sa version. Cela impliquerait "le bateau et ses migrants" et non le parlementaire de gauche, se défend-il.

Plusieurs élections à son compteur

Grégoire de Fournas, 37 ans, n'est pas un nouveau-né de la politique. Ce viticulteur de profession rejoint le Front national (FN) en 2011, moment où Marine Le Pen prend les rênes du parti. Il participe à la première campagne présidentielle de la candidate en 2012, distribuant des tracts et collant des affiches à cette occasion.

Puis, ce père de cinq enfants obtient son premier strapontin en 2015. Cette année-là, il devient conseiller départemental du Nord-Médoc. Deux échecs électoraux suivent: un premier lors des législatives de 2017 où Grégoire de Fournas ne parvient pas à se hisser au deuxième tour; un second lors des municipales de 2020 durant lesquelles il briguait la commune de Pauillac (Gironde) et obtient finalement un mandat de conseiller d'opposition.

Preuve du poids politique de l'élu d'extrême droite: selon nos informations, confirmant celles du Point, le député était pressenti pour devenir porte-parole du RN en cas de victoire de Jordan Bardella au Congrès du RN ce week-end face à Louis Aliot. Jordan Bardella ne veut plus s'avancer sur ce sujet pour l'instant, explique-t-on désormais à BFMTV. S'il est élu à la tête du parti à la flamme, il a prévu une conférence de presse mercredi prochain pour la présentation de l’organigramme du siège, des délégués nationaux et des portes paroles.

Des publications supprimées depuis son intervention

Au cours de son parcours politique, Grégoire de Fournas s'est fait connaître pour ses positions pro-chasse, anti-éolienne et... anti-immigration. Il s'est ainsi opposé à la venue de migrants à Pauillac en 2020, comme le rapporte le site d'informations Rue 89.

Même s'il s'en défend, plusieurs publications virulentes, sur le thème de l'immigration, ont été supprimées sur ses réseaux sociaux depuis son intervention ce jeudi. "En Afrique, ils aiment tous la France et ses allocs. On accueille toute l'Afrique?!", avait-il tweeté, par exemple, le 22 octobre 2017.

Toujours en 2017, lors d'un conseil départemental, Jacques Breillat, élu de droite, avait lu plusieurs publications du futur parlementaire d'extrême droite, captures d'écran à l'appui, en demandant à ce dernier s'il cautionnait ces messages.

"Ça va être dégueulasse, on est envahi de cette merde (...) À présent ce sont les juifs qui nous imposent cette détestable présence, ils sont très tranquilles, croyez-moi", pouvait-on lire.

Lors de ce débat sur l'accueil de 36 migrants de Calais en Gironde, Grégoire de Fournas avait fustigé la position du Conseil départemental. "Quand vous voyez des réfugiés de guerre, nous y voyons surtout des clandestins, qui viennent en France pour des raisons économiques parce que ce conseil départemental parmi tant d’autres, met en place de véritables pompes aspirantes qui font de ce pays un véritable eldorado social", avait-il déclaré, selon nos confrères de Rue89.

Article original publié sur BFMTV.com