Grève des urgences : "On reste sur notre faim", déplore l'urgentiste Patrick Pelloux après les annonces d'Agnès Buzyn

franceinfo
L'urgentiste Patrick Pelloux s'est dit déçu, sur franceinfo, des annonces de la ministre de la Santé Agnès Buzyn pour répondre à la colère du personnel des services des urgences, en grève depuis trois mois.

"Par rapport aux attentes, ce qui est proposé, on reste quand même sur notre faim", a expliqué vendredi 14 juin sur franceinfo Patrick Pelloux, urgentiste à Paris et président de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF), alors que la ministre de la Santé a annoncé le déblocage de 70 millions d'euros pour financer des mesures immédiates afin de répondre à la grève des urgences. 15 millions seront utilisés pour "recruter du personnel cet été" afin de soulager "les établissements qui vont sentir des tensions". Agnès Buzyn a également annoncé la mise en place d'une prime de risque de 100 euros net mensuels, à destination des infirmiers et des aides-soignants, qui sera versée dès le 1er juillet. "Ce conflit ne se résume pas à cette histoire de prime, c'est beaucoup plus compliqué que ça", a poursuivi Patrick Pelloux, "mitigé" après ces annonces. "On en a absolument assez de travailler dans les conditions dans lesquelles on travaille".

franceinfo : Parmi les nouvelles annonces de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, il y a cette enveloppe de 15 millions d'euros pour permettre de recruter du personnel pendant l'été pour soulager les services d'urgence…

Patrick Pelloux : Il y a un effort qui est fait pour essayer de trouver une solution, par rapport à ces primes réclamées par les personnels. Le diagnostic est partagé par tout le monde, on est (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi