Grève : les salariés mécontents d’Engie ralentissent le remplissage des stocks de gaz

© REUTERS/Stephane Mahe

Des salariés grévistes de Storengy, la filiale d’Engie, ont ralenti le remplissage des stocks de gaz vendredi 8 juillet. Et ce, alors que le gouvernement compte sur cette ressource pour pouvoir se passer du gaz russe l’hiver prochain. D’après le délégué syndical CGT Engie, Frédéric Ben, les piquets de grève ont en effet décidé de « faire baisser de moitié » les débits sur les stockages « où il y a une injection actuellement en cours ». De quoi interpeller la direction pour demander une augmentation des salaires.

Un « risque » pour la suite

Deux sites sont concernés par cette mobilisation, notamment à Chémery (Loir-et-Cher) et Céré-la-Ronde (Indre-et-Loire). Storengy a d’ailleurs indiqué, comme le rapporte l’AFP : « Depuis huit jours, la majorité des sites de stockage de Storengy fait l'objet de blocages par une partie du personnel en grève. » Selon l’entreprise, il est « possible que ces actions mettent en risque l'objectif de remplissage des sites de stockage avant le 1er novembre ». Une date butoir qui reste à ce jour inchangée.

« Certaines actions peuvent engendrer des retards, notamment de travaux de maintenance planifiés de longue date », s’inquiète encore Storengy auprès de l’AFP. Des retards qui ne pourraient peut-être pas satisfaire la demande du gouvernement. Face à la pénurie de gaz et de matières premières crainte par l’Europe, en lien avec la guerre en Ukraine , le gouvernement souhaite un remplissage à « près de 100% » des capacités de stockage de gaz en Franc...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles