Grève : quel impact sur le tourisme pour la Fête des Lumières à Lyon ?

Que se passe-t-il quand une grève massive coïncide avec la Fête des Lumières, l'attraction touristique de l'année pour la ville de Lyon, en France ? Reportage auprès des hôteliers-restaurateurs.

Dans ce très vieux restaurant de Lyon, à 20h30 ce jeudi, c'est l’effervescence. Pourtant, des Fêtes des Lumières, Maxime, le gérant, en a connu plus d'une. Ce n'est pas une première. Mais ce soir, pression supplémentaire : la grève contre la réforme des retraites aura-t-elle un impact particulier cette année ?

Depuis les attentats de Paris de 2015 déjà, les années se suivent et se ressemblent : en dents-de-scie.

"Globalement, cela représente une semaine et demi d'activités. Avant on faisait plus de 700 couverts sur le samedi. L'année dernière, ce n'était pas le cas. Donc aujourd'hui surprise", explique Maxime.

Une heure plus tard, premières impressions : "Les grèves nous inquiétaient un peu et au final, donc c'est un bon départ" , confie le gérant, soulagé.

Si le froid et les blocages de circulation ne semblent pas avoir dissuadé les Lyonnais, les habitants de la région, mais aussi quelques touristes arrivés avant la grève, ce n'est pas le cas de tous.

"La Fête des Lumières avait rassemblé pas loin de 2 millions de visiteurs l'année dernière, dont 100 000 venaient de l'étranger : des Italiens, des Suisses, des Espagnols mais aussi des Allemands et des Britanniques. Mais le top départ coïncide avec la grève contre la réforme des retraites. 90% des TGV et 80% des TER ont été annulés jeudi, 90% des TGV et 70% des TER le restent ce vendredi. Avec un risque d'annulations ou de baisse de fréquentation pour les hôteliers et les restaurateurs" , explique Guillaume Petit, correspondant d'Euronews.

Annulations dans les hôtels

Dans cet hôtel du centre-ville de Lyon, Pascal, gérant de la maison depuis une dizaine d’année, fait un constat amer. Les 53 chambres étaient toutes réservées mais les annulations s’enchaînent pour le début des festivités.

"On a une journée qui ne correspond pas du tout à une journée traditionnelle pendant la Fête des Lumières. D'habitude, on avoisine les 100% de réservations. Là on est plutôt sur du 60/70%", explique Valentin Pascual, directeur adjoint de l'hôtel.

D'autres en revanche ont eu plus de chance. Quelques heures avant le début de la Fête des Lumières, Christine prépare l'appartement pour ses visiteurs, qui sont parvenus à trouver des alternatives au train afin de maintenir leur séjour.

Des logements en centre-ville très recherchés. Celui-ci sera loué à un tarif 1,5 fois plus cher que d’ordinaire. "Il était réservé depuis 9 mois" , précise la propriétaire.

Selon Airbnb, la Fête des lumières constitue le pic des réservations à Lyon dans une année. Même si cette année, ce sont les victimes de la grève qui brilleront surtout par leur absence.