Grève nationale "très suivie" des sages-femmes qui réclament davantage de reconnaissance

·1 min de lecture

Samedi 25 septembre, le mouvement était très "suivi". Initié par plusieurs organisations de sages-femmes pour la reconnaissance de leur profession, le mouvement est prévu sur trois jours de vendredi à dimanche, le mouvement "montre vraiment que ça répond à une véritable colère des sages-femmes", a déclaré Caroline Combot, secrétaire générale de l'ONSFF, l'une des deux principales organisations syndicales de la profession.

Elle a indiqué que "plus de 50% des cabinets de sages-femmes libérales se sont signalés comme étant fermés ce week-end", soit "plus de 3.000 cabinets". Côté maternités, elle a fait état d'environ "150 maternités ayant 100% de grévistes avec des maternités privées qui ont fermé leurs portes et des réquisitions et assignations dans les maternités publiques". La revendication principale est celle d'"une réflexion sur le métier de sage-femme dans sa globalité, quels que soient les modes d'exercice, pour permettre de l'attractivité", la rémunération en étant une des composantes, a poursuivi la responsable de l'ONSSF, citant en particulier la question du statut.

>> A lire aussi - Arrêts de travail, traitements… les nouvelles compétences des sages-femmes

La profession a été déçue par les annonces du ministre de la Santé Olivier Véran mi-septembre d'une revalorisation pour les sages-femmes travaillant à l'hôpital, qui recevront à partir de janvier une prime de 100 euros net et une hausse de salaire d'environ 100 euros brut par mois. Les trois quarts des 23.500 sages-femmes (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment une ​Tik​Tokeuse a chamboulé des milliers d’études scientifiques en quelques secondes
Italie : retour obligatoire au bureau pour les employés de l'administration publique
Inde : Accusé de viol, il devra laver et repasser le linge de 2.000 femmes
Elle reçoit un colis qu’elle n’a pas commandé, l’entreprise lui réclame quand même de l’argent
Paris : l'encours de la dette a doublé depuis l'arrivée d'​Anne Hidalgo

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles