La grève des médecins libéraux reconduite pour une deuxième semaine

Les médecins grévistes réclament une hausse du tarif de la consultation (photo d'illustration).  - Credit:Luc Nobout / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP
Les médecins grévistes réclament une hausse du tarif de la consultation (photo d'illustration). - Credit:Luc Nobout / MAXPPP / IP3 PRESS/MAXPPP

Après une semaine de grève, le collectif Médecins pour demain a appelé les médecins à fermer leur cabinet jusqu’au 8 janvier, relaie « Le Parisien ».

Malgré l'appel des autorités sanitaires à « l'union sacrée », face à la pression hospitalière liée à la triple épidémie Covid-grippe-bronchiolite, les médecins libéraux sont de nouveau appelés à fermer leur cabinet ce lundi, et ce, jusqu'au 8 janvier, pour réclamer une hausse du tarif de la consultation et une amélioration de leurs conditions d'exercice, relaie Le Parisien. Un premier appel à la grève des médecins libéraux avait été lancé le 25 décembre dernier.

« Le gouvernement n'a malheureusement pas daigné nous accorder de l'attention malgré cette première semaine de grève », indique le collectif sur son site, estimant au passage avoir été « injustement sermonné » par le ministre de la Santé, François Braun. « C'est avec beaucoup de regret et d'amertume que nous appelons officiellement à une deuxième semaine de grève des médecins libéraux de France, du 2 au 8 janvier 2023 inclus », poursuit l'organisation. En plus de la poursuite de la grève, une manifestation est annoncée à Paris, jeudi 5 janvier.

Une hausse du tarif de la consultation demandé

Le collectif Médecins pour demain, créé à la fin de l'été, a signé un coup d'éclat les 1er et 2 décembre : son mot d'ordre de fermeture des cabinets médicaux a entraîné une baisse d'activité d'environ 30 % chez les généralistes, selon l'Assurance maladie. Environ 60 % de ses membres (16 000 praticiens) se sont déclarés grévistes la semaine dernière, rapporte le quotidien. À LIRE AUSSI Grève des médecins : sont-ils s [...] Lire la suite

VIDÉO - 2022 s'achève dans une tension extrême pour le système de santé