Grève générale en Guyane : "Nous demandons juste à être payés !"

franceinfo
Barrages routiers, magasins fermés... La Guyane entame son premier jour de grève illimitée

À la veille de l'appel à la grève générale, le président du Medef Guyane, Stéphane Lambert, a assuré dimanche 26 mars sur franceinfo son soutien au mouvement de contestations. "Nous sommes contraints d'en arriver là" a-t-il regretté. Il a dénoncé "l'incurie" du gouvernement et demande un "plan de développement fait par, pour, et avec les Guyanais".

franceinfo : Soutenez-vous ce mouvement de grève ?

Stéphane Lambert : Globalement, nous soutenons le mouvement, pas nécessairement les blocages mais nous sommes contraints d'en arriver là à cause de l'incurie de l'État. Nous voudrions ne pas bloquer. Nous avons autre chose à faire, nous préférerions travailler dans nos entreprises. Nous, entrepreneurs, nous allons payer un lourd tribut. Mais nous voulons obtenir des réponses immédiates, et un plan de développement pour la Guyane, fait par, pour, et avec les Guyanais.

Quelles sont les difficultés auxquelles font face les entreprises ?

L'économie guyanaise repose beaucoup sur la commande publique, on n'a pas eu les moyens de générer une économie endogène. Il y a eu une baisse de la commande publique qui a entraîné beaucoup de difficultés. Elle s'est positionné en même temps qu'une augmentation de la population, qui est de 3% par an. Tous les 17 à 20 ans, la population double. Sans ces facteurs-là, nous tiendrions assez bien. Mais si on maintient le même rythme de croissance économique qui est de 3% par an, par rapport à notre population, cela ne suffit pas. Dans une classe de 25 élèves, entre 6 et 8 trouveront du boulot dans les 20 ans qui viennent. 60 à 70% des élèves ne trouveront jamais de boulot, jamais.

Aviez-vous déjà lancé des alertes sur la situation en Guyane ?

Oui. Nous avions déjà, il y a un an et demi, revendiqué très largement et agi devant les préfectures, les établissements publics, pour obtenir un protocole d'accord conclu à Matignon le 29 septembre 2015. Il n'est toujours pas encore (...) Lire la suite sur Francetv info

Conflit en Guyane : qui se cache derrière le collectif "Les 500 frères contre la délinquance"?
Crise sociale en Guyane : combien de temps le conflit va-t-il durer ?
Manifestations en Guyane : quelle marge de manoeuvre pour le gouvernement ?
Guyane : l'île souhaite la venue du gouvernement
Guyane : la grève maintenue malgré l'arrivée de la mission interministérielle

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages