Grève des enseignants: Mélenchon qualifie Blanquer de "crétin utile" qui "a démoli l'école"

·2 min de lecture
Jean-Luc Mélenchon à la manifestation parisienne des enseignants, lors de la grève du 13 janvier 2022. - BFMTV
Jean-Luc Mélenchon à la manifestation parisienne des enseignants, lors de la grève du 13 janvier 2022. - BFMTV

876450610001_6291610190001

Le ministre de l'Éducation est devenu la cible de toutes les attaques des oppositions. Présent à la manifestation parisienne des enseignants ce jeudi après-midi, Jean-Luc Mélenchon a apporté sa voix au concert de critiques, qualifiant Jean-Michel Blanquer, de "crétin" et de "bon à rien".

Le député des Bouches-du-Rhône, candidat à la présidentielle, a salué la "démonstration de force" de la communauté éducative: près de 38,5% des enseignants sont en grève dans les écoles maternelles et élémentaires, selon le ministère de l'Éducation, tandis que le SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, annonce 75% de grévistes.

"On sent que c'est la masse parce que les gens n'en peuvent plus, ils sont asphyxiés par les conditions dans lesquelles ils doivent exercer leur métier", a commenté Jean-Luc Mélenchon dans le cortège. Ça fait qu'y compris dans le milieu enseignant, où il y a des gens qui considéraient que la politique n'était pas vraiment un sujet, qui s'y réintéressent."

"C'est ça qu'a réussi Blanquer", a poursuivi le leader insoumis. Il a à moitié démoli l'école mais il a réussi à mettre tout le monde d'accord à l'école, c'est pas mal. Je pense qu'un crétin pareil est utile. Il faut laisser leur chance aux bons à rien."

Un protocole sanitaire "ingérable"

"Toute plaisanterie mise à part", Jean-Luc Mélenchon a ensuite dénonce les multiples changements de protocole sanitaire, "ingérables" pour les professeurs et les directeurs d'école.

D'autant, a-t-il argumenté, que Jean-Michel Blanquer "voit bien que les moyens n'y sont pas". "Vous n'avez pas les épurateurs d'air", a commencé à lister le candidat à la présidentielle. "La manière de tester n'est pas pensée pour les gosses (...) Il faut faire les tests salivaires, il faut les accepter."

Malgré de multiples critiques, Jean-Michel Blanquer a pour l'heure le soutien d'Emmanuel Macron. "Je remercie le Premier ministre et le ministre de l'Education pour les décisions pragmatiques qui ont été prises", a fait savoir le président de la République ce mercredi en Conseil des ministres.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles