Grève des enseignants: 9,58% du personnel mobilisé ce mardi

Ambre Lepoivre
·2 min de lecture
Les enseignants du lycée Roubaix en grève contre le nouveau protocole sanitaire. - BFM Lille
Les enseignants du lycée Roubaix en grève contre le nouveau protocole sanitaire. - BFM Lille

Répondant à l'appel des syndicats, les enseignants ont entamé leur mouvement de grève ce mardi. Le ministre de l'Education a certes annoncé la semaine dernière de nouvelles mesures sanitaires pour limiter les risques de contamination dans les lycées, - en autorisant notamment davantage de cours à distance, à condition de conserver au moins 50% d'enseignement en présentiel pour chaque élève -, une intersyndicale (FSU, FNEC-FP-FO, CGT, Educ'action, SNALC, SUD et SNCL-FAEN) a appelé à cesser le travail.

En fin de matinée, le ministère de l'Education a indiqué dans un communiqué de presse qu'au total, 9,58% des enseignants sont en grève: ils sont 8,78% dans le premier degré et 10,36% dans le second degré. De son côté, le Syndicat national des enseignements de second degré (SNES) affiche une mobilisation bien plus importante, avec 45% de grévistes dans les collèges.

"Notre ministre nous traite mal"

Le but de cette journée de mobilisation est notamment de faire appliquer au collège les mêmes mesures sanitaires que celles prises au lycée.

"Les questions sanitaires demeurent très vives dans les collèges et la colère est montée d'un cran en fin de semaine dernière car ils n'ont pas compris d'avoir été totalement écartés des annonces du ministère", a expliqué à l'AFP Sophie Vénétitay du Snes-FSU, le premier syndicat du secondaire.

A Paris, des tentatives de blocages ont eu lieu au cours de la matinée dans cinq lycées, a indiqué le rectorat. Dans la capitale, le taux de grévistes s'établit à 15,3% dans les collèges, 8,7% dans les lycées professionnels, 4,5% dans les lycées généraux et technologiques et 6,9% dans le premier degré, d'après la même source.

Selon Olivier Flippo, directeur d'une école élémentaire dans le Val-d'Oise et syndiqué au SE-Unsa, "il y aura beaucoup d'écoles fermées mardi" dans son département. "On fait grève pour dire que notre ministre nous traite mal: il y a sans cesse des ordres et des contrordres", regrette-t-il.

Article original publié sur BFMTV.com