Grève du 5 décembre : une date choisie pour faire planer le spectre de 1995

Le spectre de 1995 resurgit sur la grève du 5 décembre. À la veille du mouvement de grève qui s'annonce d'ores et déjà très suivi, la responsable du service politique de France 2, Nathalie Saint-Cricq, voit des similitudes entre ces deux grèves. Comme il y a vingt-quatre ans, les manifestants ont choisi la période de Noël pour peser le plus possible sur le gouvernement. "Vous savez, cette date ce n'est pas une coïncidence, elle a été choisie scrupuleusement et volontairement par les syndicats pour envoyer un gros message à l'exécutif : la menace d'un pays paralysé comme le 5 décembre 1995", indique l'éditorialiste. Des syndicats mieux structurés en 1995 En 1995, la réforme des retraites de Jacques Chirac et de son Premier ministre Alain Juppé avait surpris tous les Français. "Là, au moins, Emmanuel Macron avait annoncé la couleur, ça, c'est la première différence", poursuit Nathalie Saint-Cricq. Par ailleurs, en 1995, les syndicats tenaient leurs troupes. "Aujourd'hui, on a l'impression que le mouvement est diffus et la grève est difficilement contrôlable", conclut la journaliste.