Grève du 5 décembre : la sécurité préoccupe

C’est une date cochée depuis longtemps : le 5 décembre, celle de la protestation contre la réforme des retraites. Une grande manifestation est prévue dans les rues de Paris. Le risque majeur : les débordements, comme ceux d’il y a quelques mois, lors de la marche du 1er mai 2019 à Paris. Traditionnellement, les services d’ordre des syndicats et notamment de la CGT permettent d’éviter autant que possible les violences. Mais ce jour-là, les syndicats sont dépassés, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, plie bagage. Le retour des black blocs ? Ainsi, les syndicats craignent aujourd’hui d’être débordés par leur base, et notamment par des manifestants mal intentionnés. Pour cet expert, les groupes violents peuvent s’infiltrer dans les cortèges officiels : "Viennent se greffer, s’encaster à l’intérieur de ce mouvent social, des éléments qui eux sont pas là pour s’exprimer calmement et exprimer leur revendication, mais pour essayer de propager une onde de violence, comme les blacks blocs", explique Éric Delbecque, auteur des ingouvernables.