Grève contre la réforme des retraites : des "dizaines d'individus" se sont introduits au siège de la CFDT à Paris, selon Laurent Berger

franceinfo avec AFP

"Quelques dizaines d'individus se sont introduits violemment dans les locaux de la confédération" CFDT à Paris, où ils ont "agressé verbalement et physiquement des salariés", a affirmé dans un tweet le secrétaire général du syndicat, Laurent Berger, vendredi 17 janvier. Interrogée, la CFDT affirme qu'il s'agissait d'une action de la "coordination SNCF-RATP", née aux premières évocations d'une grève illimitée, en octobre, contre la réforme des retraites.

"C'était une intrusion violente. Ils étaient une trentaine. Un salarié a été plaqué au sol, il y a eu des insultes", a-t-on affirmé à la CFDT, qui va "probablement porter plainte". Sur Twitter, Anasse Kazib, "cheminot à Paris Nord" présent sur les lieux contredit le secrétaire général et indique qu'il n'y a eu "ni violence verbale ni physique", mais que l'un des dirigeants du syndicat a "déchiré la veste d'un gréviste présent". La CFDT est favorable à un système des retraites "universel" par points, dénoncé par les grévistes.

Action surprise des grévistes

Sur son compte Twitter, Anasse Kazib, qui se définit comme "marxiste révolutionnaire", a confirmé qu'il s'agissait d'une "action surprise de la coordination RATP/SNCF au siège de la @CFDT". "On est là même si @CfdtBerger ne le veut pas nous on est là, pour l'honneur des travailleurs..."

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi