Grève contre Amazon en Italie : "Les employés ont réalisé qu'ils étaient vus comme des numéros"

·1 min de lecture

Lundi 22 mars, les employés de toute la filière italienne du géant du commerce en ligne américain Amazon ont observé un mouvement de grève. Objectif de cette protestation suivie, selon les syndicats, par quelque 40.000 employés ? Protester contre la surcharge et la dégradation de leurs conditions de travail, notamment au niveau sanitaire à l'heure où l’Italie doit faire face à une troisième vague du coronavirus. Décryptage avec Alessandro Peschi, magasinier et responsable syndical.

Une première grève nationale chez Amazon Italie. Les employés du géant du commerce en ligne américain dans la péninsule observaient une grève ce lundi 22 mars pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail, aggravées par la pandémie de coronavirus, à l'heure où le pays doit faire face à une troisième vague.Les employés réclament aussi l’introduction d’une indemnité " Covid ". Selon les confédérations italiennes (Confédération générale italienne du travail (CGIL), la Confédération internationale des syndicats libres (CISL) et l'Union italienne du travail (UIL)), les fournisseurs de service et les employés les plus précaires ont également adhéré à ce vaste mouvement de grève.Surpris par l’ampleur de la protestation, Amazon a immédiatement contrattaqué en annonçant la prochaine ouverture d’un nouveau centre de distribution dans la région de Bergame (Lombardie), avec à la clef, la création de 900 emplois à durée indéterminée d’ici 2024. Deux autres centres devraient être...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"

20 départements sous "surveillance renforcée", pas de mesures immédiates : les annonces de Castex

"Un pull à 20 euros, c’est ce que je mange en une semaine" : ce que coûte le Covid aux Français

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?

La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République