La grève continue à "L'Equipe", une réunion prévue lundi

·1 min de lecture

Rédaction à l'arrêt, dialogue tendu : absent des kiosques depuis plus d'une semaine et encore ce ­dimanche, le journal L'Équipe (propriété du groupe ­Amaury) connaît la plus longue grève de son histoire récente, suivie par 80 % des salariés selon l'intersyndicale, qui rejettent le plan d'économies et de départs. Le durcissement du climat social au sein de l'entreprise n'augure rien de serein pour les prochains jours. ­

Confronté à des difficultés structurelles auxquelles s'ajoutent les répercussions de la crise sanitaire (avec la mise sous cloche des compétitions sportives) et le naufrage de Presstalis – l'ex-géant de la distribution de la presse –, le quotidien sportif traverse une mauvaise passe. À la décroissance des ventes en kiosques (- 64 000 exemplaires en moyenne l'an passé, - 12,6 % pour le seul mois de novembre), compensée par le développement numérique, se greffent des projections de déficits inquiétants : 6 millions d'euros cette année, 7 millions l'an prochain et 10 millions en 2023 et 2024, selon la direction du groupe.

"L'équilibre financier est la ­condition sine qua non de la survie et de la pérennité de l'entreprise", a écrit jeudi le directeur général de la maison mère, Jean-­Étienne ­Amaury, dans une lettre aux salariés. Face à cette situation économique préoccupante, un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) a été annoncé. Tout en garantissant un maintien des salaires nets jusqu'à la retraite pour les salariés de 58 ans et plus, il prévoit la suppression d...


Lire la suite sur LeJDD