La grève des avocats contre la réforme des retraites "massivement suivie"

Anthony Berthelier
Renvois, suspensions: la grève des avocats contre la réforme des retraites

RETRAITE - Renvoi d’audiences, suspension des désignations: de Lyon à Bayonne, les avocats ont “massivement” répondu à l’appel à durcir la grève contre la réforme des retraites pour se faire entendre du gouvernement, a assuré lundi le Conseil national des barreaux. 

“La mobilisation est extrêmement forte. Partout, l’ordre de grève est voté à une très large majorité”, a déclaré à l’AFP la présidente du CNB, Christiane Féral-Schuhl. Le Syndicat des avocats de France (SAF) et la Conférence des bâtonniers se sont également réjouis de cette “bonne mobilisation”, dans un contexte “d’exaspération” lié à la mise en oeuvre de la réforme de la justice. 

Vent debout contre le régime universel des retraites et accusant le gouvernement de n’entendre “que les professions qui bloquent la France”, le CNB, qui représente les 70.000 avocats français, avait promis des actions pour “désorganiser la mécanique judiciaire” à partir de lundi et pour une semaine, une grève qui pourra être reconduite. 

À chaque barreau son mode d’action

Dès lundi matin, des audiences ont été renvoyées aux quatre coins de France, à Bobigny comme à Marseille, où l’ancien bâtonnier, Me Fabrice Giletta, s’est désolé que le mouvement des avocats, entamé en septembre, ne mette pas “en émoi le gouvernement”. 

“Ce n’est pas notre nature de quitter les prétoires, mais la situation est intenable, inacceptable”, a également lancé le bâtonnier Me Yann Arnoux Pollak. 

Au niveau national, “il n’y a pas de tribunal bloqué” physiquement, a souligné Féral-Schuhl. Mais un peu partout “on cesse d’accompagner le justiciable, y compris sur le terrain du contentieux de la liberté”, a-t-elle indiqué. 

Chacun des 164 barreaux pouvait choisir son mode d’action. A Lyon, Dijon, Bordeaux, Bayonne, Saint-Brieuc mais aussi en Corse, les avocats ont voté lors d’assemblées générales une “grève dure et totale” jusqu’à dimanche, selon des journalistes de l’AFP. Cela implique notamment un arrêt des désignations d’avocats en matière d’aide...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post