Grève du 5 décembre : comment le gouvernement, la RATP et la SNCF tentent de maintenir une partie des transports en Ile-de-France

franceinfo

"Le gouvernement mettra tout en œuvre pour accompagner au mieux les Français". C'est la promesse faite vendredi 29 novembre par le Premier ministre, Edouard Philippe, en prévision de la mobilisation contre le projet de réforme des retraites à partir du jeudi 5 décembre. Le gouvernement fait notamment face à un important défi : assurer un maintien des transports à Paris et en Ile-de-France. A l'approche de cette grève qui s'annonce massivement suivie, l'exécutif a commencé à présenter les premiers axes de son plan, alors que la SNCF et la RATP s'organisent pour maintenir une partie de leurs services.

Pas de service minimum garanti

Contrairement aux idées reçues, la loi de 2007 ne garantit pas un service minimum dans les transports. Elle n'interdit pas de se déclarer gréviste et ne prévoit pas non plus de réquisition du personnel (comme dans les hôpitaux, par exemple). Si l'appel à cesser le travail est très suivi au sein de la SNCF et de la RATP, rien ne garantit donc une circulation, même minimale, des trains, des RER, des métros et des bus. L'obligation consiste seulement à assurer le service de transports annoncé 24 heures avant le début du mouvement social.

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, suivant une proposition de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse (ex-LR), (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi