Grève du 5 décembre: à Paris, 6000 policiers et gendarmes face aux casseurs

Cornevin, Christophe
/ Gabrielle Cézard/© Gabrielle Cézard / Le Figaro

VIDÉO - Pas moins de 330.000 manifestants sont attendus en France pour ce jeudi noir. L’ultragauche est en embuscade.

Depuis plusieurs jours, l’état-major de la Place Beauvau a affiné son plan de bataille dans l’espoir d’enjamber sans encombre le «mur» du 5 décembre. Le pari frise la gageure tant les voyants virent à l’écarlate. Sur le front de la contestation, la mobilisation risque d’être forte. Si elle n’atteint pas le million de personnes comme en 2003 contre la réforme Fillon des retraites, les services s’attendent, selon nos informations, à la venue d’au moins 330.000 manifestants à travers le pays. Des salariés chauffés à blanc parmi lesquels devraient s’immiscer des «gilets jaunes» violents, que les analystes nomment les «ultra jaunes», ainsi que des casseurs aguerris recrutés dans les rangs des anarcho-autonomes et de l’ultragauche. Les leaders de ces groupuscules rêvant du grand soir ont multiplié les mots d’ordre appelant au soulèvement. Ils ont aussi attisé les braises dans les foyers lycéens et étudiants, bien conscients que l’irruption de la jeunesse dans le mouvement de grogne est toujours un casse-tête pour les forces de l’ordre.

» LIRE AUSSI - Suivez en direct la mobilisation du 5 décembre contre la réforme des retraites

Des villes comme Lyon, Nantes, Montpellier, Toulouse, Dijon ou encore Rennes, berceaux traditionnels de la contestation, feront l’objet d’une attention particulière. «Nous craignons que des personnes excédées, mais jusqu’ici plutôt pacifiques, cèdent à la contagion de la violence en se faisant entraîner par des activistes infiltrés dans les cortèges», souffle une source gouvernementale qui garde un souvenir cuisant des scènes de jacquerie dans Paris en novembre et décembre 2018. Autre souci de préoccupation, le «front» sera éclaté puisque 245 rassemblements et défilés ont été déclarés dans les préfectures. A priori, aucun département ne semble épargné.

» LIRE AUSSI - Grève du 5 décembre: SNCF, RATP, Air France... le trafic et la (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Extrémistes, jeunes «de cités», «insérés»: trois profils de casseurs passés au crible 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro