Grève du 31 janvier : Anne Hidalgo annonce la fermeture de la mairie de Paris par solidarité

Le patron du PCF Fabien Roussel a demandé aux maires de soutenir la mobilisation en fermant quelques heures les mairies. Ce sera le cas de l’Hôtel de ville de Paris, confirme la maire Anne Hidalgo.

POLITIQUE - En grève. Il n’y aura peut-être pas de piquet devant la mairie de Paris mardi 31 janvier, mais l’hôtel de ville sera fermé en soutien à la mobilisation contre la réforme des retraites, annonce Anne Hidalgo.

« Bien sûr il y a des services publics qui doivent continuer, je pense à l’État civil. Mais l’hôtel de ville de Paris sera mairie solidaire le 31 janvier, en solidarité avec le mouvement social. La situation est beaucoup trop grave », assume la maire socialiste de Paris ce jeudi 26 janvier sur le plateau de France2.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

La maire de Paris répond ainsi favorablement à une demande du communiste Fabien Roussel. La veille sur CNews, le chef du PCF a appelé les maires « à fermer symboliquement leur mairie », au moins « deux à trois heures pour que leurs agents puissent partir manifester ».

Dans un communiqué, il demande plus largement aux édiles de « prendre toutes les initiatives visant à mobiliser et favoriser la participation des agents publics aux initiatives syndicales. » Depuis, il recense sur son compte Twitter les initiatives en ce sens.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Anne Hidalgo défendait pendant sa campagne présidentielle la retraite le maintien de l’âge légal de départ à 62 ans et le rétablissement de certains critères de pénibilité - supprimés pendant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron. Elle a fustigé « une régression appelée réforme » et pointé en particulier les conséquences pour les femmes ou les métiers pénibles. « Je pense aux égoutiers, leur retraite est à 52 ans. Descendez dans les égouts tous les jours, vous verrez si deux ans de plus c’est juste un petit décalage », a par exemple cité la maire de Paris.

La première mobilisation à l’appel de l’intersyndicale le 19 janvier a été un succès, avec entre 1 et 2 millions de manifestants. Toutes les attentions sont désormais tournées vers la fin du mois, bien que la CGT ait appelé à se mobiliser avant cette date butoir dans les entreprises.

Lire aussi

Grève du 26 janvier : dockers, raffineurs et électriciens mobilisés contre la réforme des retraites

Retraites : À l’Assemblée, Borne a eu bien du mal à se faire entendre sur les inégalités sur les femmes

VIDÉO - Retraites : Vif échange entre Mathilde Panot et Olivier Véran sur les carrières hachées des femmes