Publicité

Grève du 1er Mai : les contrôleurs aériens à terre

Grève du 1er Mai : les contrôleurs aériens à terre-Les contrôleurs aériens sont primordiaux pour notre espace aérien français (©Pixabay/erikviktor2005)
Grève du 1er Mai : les contrôleurs aériens à terre-Les contrôleurs aériens sont primordiaux pour notre espace aérien français (©Pixabay/erikviktor2005)

La Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC) a annoncé aujourd’hui participer à la grève prévue par l’intersyndicale le 1er Mai 2023.

La grève du 1er Mai 2023 est prévue comme une grande journée de mobilisation des syndicats au niveau national pour manifester contre la réforme des retraites. En ce sens, la Direction Générale de l’Aviation Civile (ou DGAC) a demandé aux compagnies aériennes de réduire leurs vols en amont et en aval de cette journée.

Selon nos confrères du Parisien, les réductions de vols concernent des aéroports aux quatre coins de la France. Ainsi, la DGAC veut réduire de 25 % les vols depuis Paris-CDG, Nice et Paris Beauvais. Ce chiffre monte à 33 % pour les aéroports de Paris-Orly, Marseille-Provence, Lyon, Bordeaux, Nantes et Toulouse.

Si vous devez vous déplacer sur cette période, renseignez-vous bien auprès de votre compagnie aérienne !

Que signifie réellement une grève des contrôleurs aériens ?

Lors d’une grève impliquant la DGAC, les contrôleurs aériens sont ceux qui cessent leur travail. Mobiwisy a tenté d’identifier leur rôle dans le domaine aérien, afin de comprendre pourquoi ces fonctionnaires ont tant d’impact sur l’espace aérien français lors des grèves.

Comme le nom l’indique, le contrôleur aérien est chargé de contrôler les airs. Il règle la circulation des avions, en altitude et aux abords de son aéroport d’attache. Parfois surnommé l’aiguilleur du ciel, son rôle est primordial pour guider les pilotes en alt...


Lire la suite sur mobiwisy.fr