Grève du 19 janvier : les prévisions de la SNCF et de la RATP

Alors que la journée de mobilisation contre la réforme des retraites du jeudi 19 janvier se profile, la RATP et la SNCF ont publié leurs prévisions de trafic. Avec la perspective d’une journée très difficile pour les usagers (photo d’illustration prise lors des grèves de décembre 2019 à Châtelet-les-Halles).

La SNCF et la RATP ont dévoilé leurs estimations des perturbations de trafic pour la première grande journée de grève contre la réforme controversée voulue par Emmanuel Macron et Élisabeth Borne.

MOUVEMENT SOCIAL - L’appel des organisations syndicales a donc été entendu. Ce mardi 17 janvier, à deux jours de la première grande mobilisation contre le projet de réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron, la SNCF et la RATP ont dévoilé leurs prévisions de trafic pour le jeudi 19. Et une chose est certaine : les syndicats ont été entendus par les salariés, ce qui donnera lieu à journée extrêmement compliquée pour les usagers.

Au point notamment que le ministre délégué en charge des Transports Clément Beaune avait pris les devants et invité dès la matinée de ce mardi les salariés à privilégier le télétravail jeudi. « Ce sera un jeudi de galère, de fortes perturbations dans les transports », esquissait-il sur le plateau de matinale de France 2.

Et pour cause : comme le révèlent nos confrères de RTL, au niveau des trains, pas plus d’un TGV sur trois ne circulera ce jeudi. Et ce sera même pire sur certaines lignes avec un TGV sur quatre sur l’axe Atlantique, et un sur cinq dans l’Est. Pour ce qui est des OuiGo, il est prévu que 33 % seulement circulent. Toujours à la SNCF, la situation sera des plus dégradées du côté des TER avec environ 10 % des trains qui circuleront, et même aucun Intercités, ni train Lyria (qui relient la France à la Suisse).

Vers un jeudi noir en Île-de-France

En région parisienne, les prévisions de la RATP et de la SNCF augurent également d’un jeudi noir. « Les prévisions ne sont pas bonnes et le trafic se dessine comme très perturbé », communiquaient dès l’après-midi de ce mardi les différents comptes des lignes de métro sur les réseaux sociaux, avant donc la publication des estimations officielles. Logique quand on sait que le projet de réforme prévoit de s’attaquer au régime spécial de plus de 90 % des agents de la régie francilienne.

Dans le détail, les lignes 8, 10 et 11 du métro seront purement et simplement fermées, pendant que le trafic sera très perturbé sur les lignes 2, 3, 3 bis, 5, 6, 7, 7 bis, 9, 12 et 13. Sur la ligne 4, la RATP annonce un train sur deux aux heures de pointe contre un sur quatre en heures creuses. Comme de coutume, les lignes 1 et 14, totalement automatisées, fonctionneront normalement avec un risque logique de saturation.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Même chose concernant les lignes exploitées par la SNCF, avec un RER sur 10 sur les lignes C et E, et un sur trois pour le A et le B (la RATP évoque, elle, un trafic « très perturbé » sur les portions qu’elle gère dans Paris intra-muros). Les Transiliens, eux, verront leur trafic extrêmement perturbé sur l’ensemble des lignes, seuls le H et le U étant relativement préservés avec 33 % des trains prévus.

Pour terminer sur le réseau francilien, la situation sera meilleure en ce qui concerne les bus (deux sur trois en moyenne) et les tramways (3 sur 4).

Par ailleurs, du côté de l’aérien, la Direction générale de l’Aviation civile a fait savoir qu’une partie des vols seraient annulés à Orly, l’un des deux aéroports de région parisienne. En prévision du mouvement de grève qui devrait être suivi chez les contrôleurs aériens, la DGAC a demandé aux compagnies aériennes de supprimer un vol sur cinq ce jeudi. « En dépit de ces mesures préventives, des perturbations et des retards sont à prévoir », ajoute le communiqué.

À lire aussi :

Grève du 19 janvier : la CGT Pétrole se mobilise et appelle à l’arrêt du raffinage « si nécessaire » en février

Grève du 19 janvier : 70% des professeurs grévistes selon le premier syndicat

VIDÉO - Olivier Beunache, ancien professeur : "J’ai enseigné pendant 17 ans. Et pendant 10 ans, j’ai vraiment aimé ce métier"