Grève du 19 janvier : Macron, Darmanin et Le Maire seront en Espagne ce jeudi

France's President Emmanuel Macron (R) and France's Interior minister Gerald Darmanin attend a visit at the National Gendarmerie Brigade of Gaillac, southern France, on June 9, 2022. - The trip is devoted to daily safety in the Gendarmerie zone and the deployment of a new gendarmerie brigade. (Photo by Caroline BLUMBERG / POOL / AFP)
CAROLINE BLUMBERG / AFP France's President Emmanuel Macron (R) and France's Interior minister Gerald Darmanin attend a visit at the National Gendarmerie Brigade of Gaillac, southern France, on June 9, 2022. - The trip is devoted to daily safety in the Gendarmerie zone and the deployment of a new gendarmerie brigade. (Photo by Caroline BLUMBERG / POOL / AFP)

DIPLOMATIE - Exécutif et syndicats n’avaient visiblement pas vraiment synchronisé leurs agendas. Ce jeudi 19 janvier sera marqué par un important mouvement social contre la réforme des retraites. Au programme : des transports en commun quasiment arrêtés en région parisienne, un trafic des trains fortement ralenti mais aussi des dizaines de centrales syndicales et des milliers de personnes dans la rue.

À tel point que le ministère de l’Intérieur a mobilisé 10.000 policiers. Un dispositif particulièrement important auquel Gérald Darmanin a ajouté la consigne de renforcer la protection des permanences des parlementaires. Mais le ministre de l’Intérieur ne sera pas place Beauvau, à Paris pour piloter le dispositif ; il sera beaucoup -beaucoup- plus au sud : en Espagne.

Lire aussi

Gérald Darmanin et une dizaine de ministres accompagnent Emmanuel Macron à Barcelone pour signer un traité d’amitié et de coopération avec le Premier Ministre espagnol Pedro Sanchez. Nul doute qu’en conférence de presse ce dernier sera aussi attendu sur des questions de politiques intérieures : la capitale catalane accueillera elle aussi, ce jeudi, son lot de manifestations d’organisations indépendantistes.

Amitié franco-espagnole

Avec ce traité qu’Emmanuel Macron imagine dans la lignée du traité de l’Elysée avec l’Allemagne (dont on célèbre les 50 ans dimanche), Paris et Madrid devraient annoncer une coopération accrue sur les questions migratoires, la défense, l’énergie et la jeunesse. Cette signature intervient trois mois après un accord entre les deux pays et le Portugal pour enterrer le projet de gazoduc « Midcat », auquel s’opposait Paris, et le remplacer par un pipeline d’hydrogène « vert » reliant Barcelone à Marseille et baptisé « H2Med ».

Et pour l’Élysée, même si « ce traité ne vient qu’encadrer ou structurer une relation qui est déjà dense dans tous les domaines », c’est aussi une façon de concrétiser une « ligne commune avec Madrid » sur la réponse européenne à l’Inflation Reduction Act de Joe Biden.

La délégation française sera composée de Gérald Darmanin donc, mais aussi du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, de Pap Ndiaye (Éducation), de Clément Beaune (Transports), d’Olivia Grégoire (Petites et Moyennes Entreprises)...

Olivier Dussopt reste à Paris

Selon son agenda, la Première ministre Élisabeth Borne sera bien, elle, en France avec notamment à son programme un entretien avec le PDG du groupe La Poste. Olivier Dussopt, le ministre du Travail initialement du voyage, a finalement décidé de rester dans l’Hexagone. « Il a effectivement décidé qu’il a mieux à faire à Paris », pointe-t-on dans l’entourage d’Emmanuel Macron.

Celui-ci martèle que « la date du sommet avait été fixée bien en amont, en octobre-novembre » et renvoie à un choix de calendrier de la part des Espagnols. « On n’a pas de marge de manœuvre sur la modification de cette date », ajoute-t-on de même source.

On fait également valoir que la distance entre l’Espagne et la France est minime et qu’en cas d’urgence les ministres concernés pourront rentrer rapidement, une fois les formalités diplomatiques accomplies. Olivier Véran invitait ce mercredi matin à ne pas transformer la mobilisation en « blocage », tout en assurant que le gouvernement serait aussi à l’écoute de la rue. Avec l’objectif d’un million de manifestants fixé par l’intersyndicale, il faudra néanmoins de grandes oreilles, surtout depuis l’Espagne.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi