Grève des éboueurs : les poubelles débordent à Paris, Nantes, Le Havre…

GRÈVE - Nantes, Le Havre, Saint-Brieuc… Si près de 5 400 tonnes de déchets doivent encore être ramassées à Paris en ce lundi 13 mars, la capitale n’est pas la seule ville de France à faire face à une grève reconductible des éboueurs, très mobilisés contre la réforme des retraites.

Que ce soit en Loire-Atlantique, en Normandie, ou encore dans l’Est de la France, les poubelles s’amoncellent et les habitants ne cachent plus leur agacement. Le HuffPost fait le point sur les villes toujours concernées par la grève.

  • À Nantes, le mouvement appelé à « se durcir »

Dans la métropole nantaise, les trois sites de collecte de déchets sont bloqués depuis le mardi 7 mars par l’intersyndicale, rapportent l’antenne locale de France Bleu. Au total, près de 3,5 tonnes de déchets se sont déjà accumulées dans les rues de Nantes, faute de ramassage. La municipalité a même dû faire appel à un prestataire privé pour nettoyer son marché durant le week-end. « Pour des raisons sanitaires et de sécurité », précise la mairie.

« Les corbeaux arrivent à ouvrir les sacs-poubelles (...), déplore une retraitée auprès de nos confrères. Il y a quand même un problème d’hygiène qui peut se poser, ce serait bien d’assurer un service minimum. » De leur côté, les syndicats d’éboueurs ne lâchent rien, et Jérôme Cherré, secrétaire général de la CGT de Nantes Métropole promet que « le mouvement se durcit, et se durcira cette semaine ».

  • Les habitants appelés à ne plus sortir leurs déchets au Havre

Même son de cloche au Havre, où près d’une semaine après le début de la grève des éboueurs, les syndicats ont décidé de maintenir le blocage ce lundi 13 mars, selon France 3 Normandie. La collecte des déchets n’est plus assurée dans la ville, ni dans la commune voisine de Sainte-Adresse. La communauté urbaine du Havre a demandé aux usagers de ne plus sortir leurs poubelles en attendant que la situation se débloque.

  • Grève reconduite à Saint-Brieuc

En Bretagne, la ville de Saint-Brieuc fait face au même cas de figure. En Assemblée générale, les éboueurs ont voté la reconduction de la grève et comme dans les communes précédentes, les déchets s’amoncellent. En fin de semaine dernière, les grévistes ont toutefois voulu montrer un signe d’ouverture à l’égard de leur direction, en permettant la sortie de quelques camions bennes vendredi matin, rapporte Ouest-France.

Des déchets s’amoncellent dans une rue de Paris, le 13 mars 2023.
Des déchets s’amoncellent dans une rue de Paris, le 13 mars 2023.
  • À Paris, la grève prolongée jusqu’au 15 mars

En ce qui concerne Paris, la grève est prolongée a minima jusqu’au mercredi 15 mars, date de la prochaine journée de mobilisation interprofessionnelle. Trois usines d’incinération aux portes de la capitale, à Ivry-sur-Seine, Issy-les-Moulineaux et Saint-Ouen, sont à l’arrêt et la collecte des déchets n’est pas assurée dans les arrondissements où elle est gérée par la municipalité (IIe, Ve, VIe, VIIIe, IXe, XIIe, XIVe, XVIe, XVIIe et XXe).

L’agence métropolitaine des déchets ménagers Syctom a indiqué dévier les bennes vers une quinzaine d’autres sites de traitement ou de stockage et ne pas avoir requis, à ce stade, l’intervention de la police pour mettre fin au blocage de ses centres.

À voir également sur Le HuffPost :

Réforme des retraites : Les caisses de grève montent en puissance

Grève du 16 février : la mobilisation contre la réforme des retraites en nette baisse à Paris et dans toute la France