Grèce: tollé après la nomination d'une juge accusée d'antisémitisme

En Grèce, les représentants de la communauté juive ont exprimé leur « fort mécontentement » à la suite de la nomination, comme vice-présidente du Conseil d'État, de Marianthi Pagouteli, une juge affublée d’une réputation d'antisémitisme. Cette nomination a été approuvée officiellement fin août, à l’occasion d’un Conseil ministériel.

Avec notre correspondant à Athènes, Joël Bronner

Même dans les rangs de la majorité, la promotion de la juge Marianthi Pagouteli n’a pas fait l’unanimité. À l’image des propos de l’élue conservatrice Olga Kefaloyanni, qui s'est indignée de la nomination d'une « juge intolérante ». « L'État grec doit se protéger face à toutes sortes d'intolérances et de discriminations », a précisé la députée.

Le bureau central de la communauté juive de Grèce perçoit, lui, cette accession au Conseil d’État comme une menace. Dans un communiqué, les représentants juifs s'inquiètent de cette « nomination, au sein de l'instance judiciaire la plus haute du pays, d'une personne », estiment-ils, « qui ne peut pas défendre la position de l'État grec contre l'antisémitisme ».

En 2007, Marianthi Pagouteli avait notamment demandé l'acquittement d'un auteur négationniste grec notoire, jugé pour propos racistes et incitation à la haine. Plusieurs médias grecs ont également relayé des écrits violemment antisémites qu’aurait publié la juge sur son blog, en parallèle de ce procès.

Historiquement, environ 60 000 juifs grecs ont péri dans les camps nazis. Ce qui correspond ici, selon les estimations, a plus de 80% de la population juive de l’époque.


Lire la suite sur RFI