Grèce : le Parlement vote l'augmentation des dépenses militaires et une baisse de celles de santé

·2 min de lecture

Alors que la deuxième vague de l'épidémie de coronavirus produit des ravages en Grèce, le Parlement a voté mardi 15 décembre un budget marqué par une hausse des dépenses d'armement, mais une baisse des dépenses de santé.

En Grèce, l'opposition au parti Nouvelle Démocratie dont le leader, Kyriakos Mitsotakis, est Premier ministre, est à cran. En cause : le budget 2021 voté ce 15 décembre par les 158 députés de la majorité. Alors que Mitsotakis a lui-même reconnu à la Vouli, le Parlement grec, que la Grèce se trouve confrontée à des « circonstances sans précédent », tout en soulignant « l'incertitude » et « l'inconnu sur la fin de la crise » sanitaire actuelle, ce budget comporte une augmentation de 57% des dépenses d'armement, passant à 5,5 milliards d'euros. À l’inverse, celles de santé subissent une baisse de 17% par rapport à l'année 2020.L'opposition de gauche (Syriza, KKE et MeRa) a refusé de voter le budget. Ex-Premier ministre et chef de file de Syriza, Alexis Tsipras a lancé depuis la tribune du Parlement : « Dans un monde qui change et qui comprend l'importance de la protection sociale et du système de santé public, le gouvernement de la Nouvelle Démocratie nous conduit à la faillite comme en 2010. » 2010, ou le début de la « crise grecque », quand la dette grecque a servi à légitimer les politiques d'austérité appliquées dans le pays.Joli cadeau pour DassaultCette année, d'après les prévisions, le PIB de la Grèce devrait se contracter de 10,5% en 2020,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Je ne supporte plus les écrans, je veux rencontrer les gens en vrai" : c'est quoi, avoir 20 ans, en 2020 ?La racialisation de la question sociale, une impasse : rendez-vous le 20 septembre place de la République"Liberté-Egalité-Fraternité-Laïcité, voilà le combat !" : rendez-vous le 20 septembre place de la République20 septembre 1792, bataille de Valmy : naissance de la souveraineté du peuple, de la nation, ou des deux ?Projet de loi contre les "séparatismes", 20 milliards pour l'écologie, plan jeunesse : le discours de politique générale de Jean Castex