Grèce: des dizaines de réfugiés yézidis bloqués à l'extérieur d'un camp

Depuis près de quinze jours, plus d’une centaine de demandeurs d’asile yézidis se retrouvent contraints de dormir à la rue faute d’accès au camp de Serrès, dans le nord de la Grèce, où des centaines de leurs compatriotes sont déjà abrités. Pour les autorités grecques qui tendent à réduire le nombre de camps au niveau national, il s’agit d’un problème de capacité.

Avec notre correspondant à Athènes, Joël Bronner

À une heure de route au nord-est de Thessalonique, la deuxième plus grande métropole du pays, au pied des montagnes, la ville de Serrès compte 80 000 habitants et un camp de réfugiés. Un camp dont la particularité est d’accueillir la plus grande partie de la communauté yézidie de Grèce, soit, à l’heure actuelle, près de 700 représentants de cette minorité kurde.

Les Yézidis, qui appartiennent à une minorité de langue kurde, ont fui par milliers le nord de l’Irak en 2014 après les massacres commis à leur encontre par le groupe État islamique. Les jihadistes avaient réduit les femmes à l'esclavage sexuel, enrôlé de force des enfants-soldats et tué des hommes par centaines. Une équipe d'enquête spéciale de l'ONU avait annoncé en mai 2021 avoir recueilli la « preuve claire et convaincante » qu'un génocide avait été commis par les jihadistes contre cette minorité.

« Plus de place »

►À lire aussi : Grèce: 50 personnes portées disparues dans le naufrage d'un bateau de migrants


Lire la suite sur RFI