Grâce à Ariane 5, James-Webb fonctionnera plus longtemps que prévu

·2 min de lecture

Comme à chaque mission, le succès du lancement d’un satellite ne se résume pas à la seule séparation du satellite et sa mise en orbite. Les contrôleurs au sol et les opérateurs du satellite doivent aussi s’assurer que le satellite a été placé sur l’orbite visée et trois facteurs sont essentiels : ce sont l’altitude du périgée, l’altitude de l’apogée et l’inclinaison. Selon qu’il s’agit de la position définitive ou d’une orbite de transfert, ces paramètres sont très importants car ils vont déterminer la durée de vie opérationnelle du satellite. En effet, selon la précision atteinte, il faudra plus ou moins de carburant pour rejoindre la position définitive. 

Ariane 5 est préparée et adaptée au lancement du plus grand télescope jamais envoyé dans l'espace

Dans le cas de James-Webb, Ariane 5 devait placer l’observatoire sur une orbite dite de transfert vers le point de Lagrange 2, situé à quelque 1,5 million de kilomètres de la Terre, à la « bonne vitesse » pour rejoindre sa position définitive. Étonnamment, Ariane 5 ne devait pas insuffler trop de vitesse à l’observatoire au risque de voir, s’il volait trop vite, sa rotation exposer à la lumière du Soleil les parties du télescope qui doivent rester au froid. À contrario, une vitesse trop faible et c'est autant de propergol utilisé pour rejoindre l'orbite qui ne servira pas à maintenir James-Webb en bonne position autour du point L2 ou pour choisir des cibles à observer. Et donc qui limitera sa durée de vie.

Une durée de vie de plus de 10 ans

La mise en orbite a été si bien réalisée par Ariane 5 que l’observatoire aura besoin de bien moins de propergol pour rejoindre sa position. Par conséquent, explique l’ESA...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles