"Grâce aux Big Data, la voiture autonome aura une vraie capacité d’anticipation"

Un entretien avec Thierry Cammal, directeur de Renault Software Labs, Toulouse, en partenariat avec La Dépêche du midi, à l'occasion de l'ESOF 2018.

A l'occasion de , nous vous proposons de lire l'entretien que nous a accordé, en partenariat avec le le directeur de Renault Software Labs Thierry Cammal, qui a récemment participé à la table-ronde consacrée à la « mobilité »,

Sciences et Avenir : On parle beaucoup des Big Data. De quoi s'agit-il ?

Thierry Cammal : Aujourd'hui sur Terre, il y a plus de deux milliards de smartphones, un nombre comparable d'ordinateurs personnels, sans compter quantité d'objets et de machines de plus en plus communicants. Résultat : l'humanité produit tous les jours 2 à 3 trillions d'octets [milliard de milliards d'octets, soit l'équivalent de la capacité d'environ un million de disques durs de nos ordinateurs personnels, NDLR]. Ce sont ces masses de données que l'on appelle les « Big Data ». On les stocke sur de très gros ordinateurs appelés serveurs, situés en divers endroits de la planète. Mais aussi, depuis quelques années, dans le « cloud », qui signifie « nuage ». Dans ce cas, les données d'une même source peuvent être réparties sur un grand nombre de serveurs interconnectés.

Que faire d'une telle masse de données ?

Toutes ne sont pas intéres[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi