Le gouverneur de Virginie gracie à titre posthume 7 hommes noirs exécutés pour viol en 1951

·2 min de lecture

Sept hommes noirs qui ont été exécutés en 1951 après avoir été condamnés pour le viol d’une femme blanche aux Etats-Unis ont été graciés à titre posthume par le gouverneur de Virginie.

Ils ont été exécutés en 1951. Frank Hairston Jr., 18 ans, Howard Lee Hairston, 18 ans, Booker T. Millner, 19 ans, Joe Henry Hampton, 19 ans, James Luther Hairston, 20 ans, John Clabon Taylor, 21 ans, et Francis DeSales Grayson, 37 ans, ont été déclarés coupables il y a 70 ans du viol d’une femme blanche en Virginie. Mardi, le gouverneur de l’Etat, Ralph Northam, a annoncé avoir gracié les sept jeunes hommes noirs connus sous le nom des «Martinsville Seven». Ils avaient été accusés du viol de Ruby Stroud Floyd, âgée de 32 ans, en 1949.

La victime – morte en 1992 - avait été agressée alors qu’elle se trouvait dans le quartier noir de Martinsville, le 8 janvier 1949. Elle venait y chercher des paiements pour des vêtements qu’elle vendait. Elle avait été vue par des résidents recevant des indications de la part d’un jeune garçon, pour se rendre chez la femme qui souhaitait acheter ses habits. Vers 19h30 ce jour-là, elle s’était ensuite présentée à la porte de deux habitants, à moitié vêtue, couverte de saleté, d’égratignures et d’ecchymoses. «J’ai été violée, j’ai été violée, c’est ce qu’elle a dit», a raconté la fille du couple chez qui elle avait sonné, au «Richmond Times-Dipsatch» en 2020. Les examens médicaux avaient confirmé l’agression sexuelle et les experts avaient témoigné lors du procès, affirmant qu’elle souffrait de problèmes de santé à long terme à cause de cette attaque.

Des aveux forcés

Le 9 janvier, au petit matin, le shérif a arrêté six des sept hommes aujourd’hui graciés. Le septième, Joe Hampton, s’est rendu lui-même à la police. Après son agression, Ruby Stroud Floyd n’a identifié que deux d’entre eux, Frank Hairston et Booker Millner. Elle a ensuite finalement dit reconnaitre Joe Hampton et DeSales(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles