Le gouverneur de New York, accusé par des femmes, rejette les appels à la démission

par Gabriella Borter et Joseph Ax
·2 min de lecture
LE GOUVERNEUR DE NEW YORK, ACCUSÉ PAR DES FEMMES, REJETTE LES APPELS À LA DÉMISSION

par Gabriella Borter et Joseph Ax

(Reuters) - Le gouverneur de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, a rejeté vendredi les appels à sa démission, de plus en plus pressants jusque dans son camp démocrate, malgré des soupçons de harcèlement voire d'agression sexuelle.

Alexandria Ocasio-Cortez, Jerry Nadler et plusieurs autres élus démocrates de New York au Congrès des Etats-Unis ont réclamé vendredi la démission d'Andrew Cuomo.

Au moins six femmes, pour la plupart d'anciennes collaboratrices, ont lancé des accusations contre le gouverneur, allant d'une attitude séductrice déplacée au travail à des attouchements.

Au cours d'une conférence téléphonique avec la presse, Andrew Cuomo, âgé de 63 ans, a une nouvelle fois rejeté ces accusations et jugé "imprudents et dangereux" les appels à sa démission avant même que la vérité soit établie.

"Les femmes ont le droit de se manifester et d'être entendue et je l'encourage pleinement. Mais je veux aussi être clair: il y a aussi une question de vérité. Je n'ai pas fait ce qui a été prétendu, point final", a-t-il dit.

Le Congrès de l'Etat de New York a annoncé jeudi qu'il allait ouvrir une enquête en vue d'une possible procédure en destitution, tandis que la ministre de la Justice de l'Etat, Letitia James, conduit ses propres investigations.

Andrew Cuomo a demandé aux habitants d'attendre la fin de ces enquêtes avant de porter un jugement.

"Attendez de connaître les faits. Se faire une opinion sans les faits, c'est irresponsable", a-t-il déclaré.

Interrogé sur d'éventuelles relations consenties avec ses accusatrices, Andrew Cuomo a répondu n'avoir jamais voulu mettre quiconque mal à l'aise et a présenté ses excuses si tel était le cas.

(Gabriella Borter et Joseph Ax; Version française Bertrand Boucey)