Le gouvernement veut revenir sur la procédure d’interdiction d’un herbicide contesté

« Je ne serai pas le ministre qui abandonnera des décisions stratégiques pour notre souveraineté alimentaire à la seule appréciation d'une agence », a affirmé Marc Fesneau.  - Credit:EMMANUEL DUNAND / AFP
« Je ne serai pas le ministre qui abandonnera des décisions stratégiques pour notre souveraineté alimentaire à la seule appréciation d'une agence », a affirmé Marc Fesneau. - Credit:EMMANUEL DUNAND / AFP

Le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau a demandé à l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) de revenir sur sa volonté d'interdire les principaux usages de l'herbicide S-métolachlore, encore autorisé dans l'Union européenne, a-t-il indiqué jeudi, lors du congrès de la FNSEA.

« Je viens de demander à l'Anses une réévaluation de sa décision sur le S-métolachlore parce que cette décision n'est pas alignée sur le calendrier européen et qu'elle tombe » sans « alternatives crédibles », a-t-il annoncé devant les congressistes du syndicat agricole majoritaire, réunis depuis mardi à Angers. « C'est une déclaration extrêmement grave, qui porte atteinte à l'indépendance de l'Anses », s'est scandalisé auprès de l'Agence France-Presse le député socialiste Dominique Potier. « Elle remet en cause une loi de 2014 qui fait consensus depuis dix ans et qui prévoit que les ministères abandonnent leurs prérogatives pour faire confiance à l'Anses. »

L'Anses avait annoncé le 15 février sa volonté d'interdire les principaux usages du S-métolachlore, un herbicide agricole très utilisé en France dont les dérivés chimiques ont été détectés au-delà des limites autorisées dans des eaux souterraines. « Je ne serai pas le ministre qui abandonnera des décisions stratégiques pour notre souveraineté alimentaire à la seule appréciation d'une agence », a affirmé Marc Fesneau auprès des agriculteurs et représentants du syndicat.

« Substance cancérigène suspectée »

« Il faut se baser sur [...] Lire la suite