Comment le gouvernement a soigneusement évité de toucher aux intermittents du spectacle

La ministre du Travail a expliqué que c’était aux partenaires sociaux de prendre la main sur ce dossier.

C’est une réflexion qui ne passe pas auprès des partenaires sociaux. La ministre du Travail s’est exprimée ce dimanche sur RTL pour expliquer la réforme de l’assurance chômage lancée par le gouvernement. À la question pourquoi le gouvernement n’a-t-il demandé aucun effort aux intermittents du spectacle, Muriel Pénicaud a donné cette réponse : "C’est aux partenaires sociaux qu’il faut poser la question. C’est à eux de prendre la main, ils ont décidé de ne pas le faire". Une déclaration qui ne passe pas auprès des syndicats comme auprès des responsables du dossier.

Un membre de la CFDT, interrogé par l’Opinion, a ainsi estimé que les propos de la ministre étaient une provocation. "C’était le dossier tabou ! s’est-il exclamé, déjà dans la lettre de cadrage du gouvernement, lorsqu’il nous a été demandé de négocier pour réformer l’assurance chômage, il n’y avait pas un mot sur les annexes 8 et 10 de la convention Unédic qui régissent les intermittents". Une lettre envoyée dès septembre 2018. À cette époque, le gouvernement juge déjà ce sujet trop sensible socialement.

Un statut intouchable ?

Quelques mois plus tard, et alors que le gouvernement est empêtré dans la grogne sociale des "gilets jaunes", il répète sa volonté de ne pas toucher à ce statut, alors que la CFDT ou le Medef s’étaient déclarés en faveur d’une réforme des annexes 8 (sur l’indemnisation des techniciens du spectacle au chômage) et 10 (concernant les artistes). Mais là encore, "l’exécutif nous a répété : on a déjà eu les ronds-points bloqués cet hiver, on ne va pas perturber la saison estivale des festivals", détaille un représentant patronal.

⋙ A lire aussi : Le parachute très doré du directeur de la caisse des intermittents du spectacle

Pourtant ce dispositif créé pour les professionnels du spectacle et de l’audiovisuel coûte cher à l’État. L’Opinion rappelle qu’en 2017, l’indemnisation et l’accompagnement dans l’emploi de 120.000 intermittents a engendré un déficit d’un milliard d’euros à l’assurance chômage,

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Comment le gouvernement a soigneusement évité de toucher aux intermittents du spectacle
Le parachute très doré du directeur de la caisse des intermittents du spectacle
Indemnisation chômage : les choix du gouvernement dévoilés
Comment la Coupe du monde féminine booste le secteur de l’hôtellerie
Le gouvernement présente une vaste réforme de l'assurance chômage