Le gouvernement promet des mesures pour l'agriculture face au gel

·2 min de lecture
LE GOUVERNEMENT PROMET DES MESURES POUR L'AGRICULTURE FACE AU GEL

PARIS (Reuters) - Le ministre français de l'Agriculture, Julien Denormandie, s'est engagé vendredi à accompagner les producteurs de fruits, de légumes et les vignerons dont les cultures ont été détruites par la vague de froid et de gel qui sévit sur la France depuis quelques jours.

"On va organiser une mobilisation totale de tous les acteurs", a-t-il dit sur BFMTV, notant que des centaines de milliers d'hectares ont été touchés par le gel.

Les températures ont chuté jusqu'à -5°C dans certaines régions viticoles, notamment à Chablis, en Bourgogne, et dans le bordelais, ce qui pourrait nuire aux bourgeons déjà bien développés en raison des températures bien plus clémentes enregistrées la semaine dernière.

"On a eu un double évènement exceptionnel, de très fortes chaleurs la semaine dernière" où "les bougerons sont sortis du jour au lendemain", puis "une chute massive des températures, venues tuer, griller ces bourgeons", a expliqué Julien Denormandie.

Jérôme Despey, vice-président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) a souligné pour sa part sur Twitter qu'aucune région n'a été épargnée par la vague de froid actuelle et que plusieurs milliers d'hectares ont été touchés avec "des pertes à 100%".

Julien Denormandie a annoncé que le régime des calamités agricoles, qui permet une indemnisation des agriculteurs concernés, serait activé.

Pour les viticulteurs, qui sont exclus de ce régime, le ministre a promis de travailler avec son collègue Olivier Dussopt, ministre délégué aux Comptes publics, à d'autres mécanismes de compensation, notamment fiscaux.

Julien Denormandie souhaite également mobiliser les assureurs et les banques pour venir en aide aux agriculteurs.

"Ça va se chiffrer évidemment avec des pertes qui sont importantes et donc un accompagnement qui devra être à la hauteur de la part de l'État, des assureurs, des banquiers", a dit le ministre sur FranceInfo.

"L'estimation précise, elle, n'est pas encore faite. Il est trop tôt", a-t-il ajouté, disant redouter de nouveaux épisodes de gel dans les prochains jours.

Une vague de froid en avril 2017 a tellement endommagé les vignobles que la production annuelle de vins français a plongé à son niveau le plus bas de l'histoire. Les gelées ont également causé des problèmes en 2016, et à nouveau en 2019.

(Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault)