Le gouvernement lance une campagne anti-GHB dans les boîtes de nuit

·2 min de lecture
© AMAURY CORNU / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

La ministre déléguée auprès du ministre de l'Intérieur de France, chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a choisi la réouverture des boîtes de nuit pour présenter de nouvelles mesures pour protéger les clients d’un phénomène inquiétant : les intoxications au GHB. Depuis plusieurs mois, les témoignages de jeunes femmes persuadées d'avoir été droguées se multiplient.

Après dix semaines de fermeture, les discothèques ont rouvert leurs portes mercredi. Au même moment, le gouvernement lance une campagne de sensibilisation contre le GHB. Parmi les mesures prévues pour protéger les clients et clients de "la drogue du violeur", des affiches un peu spéciales collées sur les murs des établissements.

Encourager les signalements

Sur l’affiche orange, un QR Code à scanner. Il ne reste plus qu’à renseigner sa ville et le tchat commence avec un agent des forces de l’ordre. L’objectif : encourager les signalements et les plaintes. Un dispositif intéressant mais pas suffisant pour les organisations et les collectifs féministes. Cindie Le Disez, présidente de l’association Act Right qui milite pour des lieux de fêtes plus sûrs, estime qu’il faut, en plus d’un changement de mentalité global, revoir la relation entre les victimes et les forces de l’ordre : "Avant de mettre des QR Codes capables de contacter directement la police, il faut rassurer ceux qui ne vont pas vers la police par peur de ne pas être écoutés."

>> Retrouvez Europe matin week-end 6-8 en podcast et en replay ici

Elle pointe un manque de connaissances qui pourrait atténuer l’efficacité de cette mesure. "Tout le monde n’est pas à même de pouvoir reconnaître qui est intoxiqué, comment, à quoi, d’où l’importance de la formation aussi sur ces questions-là des professionnels", certifie-t-elle. La nécessité de former les professionnels. La formation du personnel dans les boîtes de nuit...

Lire la suite sur Europe 1

VIDÉO - "Le violeur c’est toi ! C’est la police c’est la justice !" : l'action coup de poing des militantes féministes au Trocadéro

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles