Le gouvernement indien détruit sans prévenir des dizaines de commerces musulmans

·1 min de lecture

L'opération a été menée à New Delhi dans un quartier à forte concentration de musulmans. Le gouvernement prétend que les commerces détruits auraient été construits illégalement. Mais tous y voient une répression des musulmans par le gouvernement nationaliste hindou.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Medina marche sur un tas de briques empilé devant sa maison. C’est tout ce que le bulldozer a laissé de son petit magasin de légumes que cette musulmane tenait avec sa famille depuis plus de 30 ans. « Nous avons grandi ici et réussi à gagner un peu d’argent. Et tout un coup, ils démolissent tout, sans nous prévenir », déplore-t-elle.

Dans ce quartier de Jahangirpuri, à forte concentration musulmane, des dizaines de commerces ont connu le même sort : soi-disant illégaux, ils ont été rasés. Mais cette opération arrive quatre jours après qu’une procession hindoue violente et illégale y a entraîné des affrontements avec les musulmans. Les nationalistes hindous au pouvoir ont promis de venger les hindous. C’est alors que les bulldozers sont arrivés.

« Le bulldozer a détruit la porte de la mosquée, mais il n’a pas touché au temple hindou à côté. Ici nous avons toujours considéré que Dieu était unique, mais eux font la différence entre hindous et musulmans. Pourquoi ils nous traitent comme cela ? », s'interroge Medina.

La même procédure a été suivie dans d’autres États dirigés par le BJP du Premier ministre Narendra Modi : violences religieuses, suivies des bulldozers contre les musulmans. À New Delhi, la Cour suprême vient toutefois de suspendre l’opération, potentiellement illégale.

► À lire aussi : Violences contre les musulmans en Inde: l'opposition monte au créneau

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles