Le gouvernement envisage d'interdire le dioxyde de titane dans l'alimentation

Sophie Auvigne, franceinfo
Le dioxyde de titane pourrait bientôt être interdit par principe de précaution.

Le gouvernement envisage d'interdire le très controversé dioxyde de titane contenu dans l'additif alimentaire E171 notamment sous forme nanoparticulaire, a appris franceinfo lundi 15 avril. Selon nos informations, cette interdiction prise par le ministère de l'Économie pourrait intervenir à partir du 1er janvier 2020.

L'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) a rendu lundi un nouveau rapport. Dans ses conclusions, elle estime que tous les doutes sont permis car il est impossible d'affirmer que le dioxyde de titane est dangereux pour l'Homme. Impossible également de prouver le contraire. Cette incertitude a fait pencher la balance vers le principe de précaution et donc une interdiction définitive.

L'Anses a recensé 25 nouvelles études publiées depuis 2017 dont certaines ont fait état de "modification de mécanismes biologiques cellulaires chez la souris ou des anomalies du développement chez des invertébrés", provoqués par l'additif E171. Selon l'Anses, il faut donc "limiter l'exposition des travailleurs, des consommateurs et de l'environnement" à l'additif E171 en le remplaçant par "des produits dépourvus de nanomatériaux, sûrs et équivalents, en termes de fonction et d'efficacité".

Des professionnels le bannissent déjà

La date du 1er janvier 2020 pour une interdiction laisserait un peu moins de neuf mois aux industriels (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi