Le gouvernement court-circuite un amendement visant à protéger les ménages fragiles des frais bancaires

Le gouvernement d'Edouard Philippe et d'Olivier Véran ne souhaite pas exempter totalement les ménages précaires de frais bancaires.

"Honteux". La sénatrice du Parti socialiste (PS) Laurence Rossignol n'a pas caché pas sa colère, en ce jeudi 7 mai, pendant l'examen de la loi sur l'état d'urgence sanitaire, qui doit être votée par l'Assemblée nationale. Après un va-et-vient avec le Sénat, qui a modifié le texte en profondeur, le gouvernement cherche en effet à supprimer une mesure introduite dans la loi par le groupe socialiste au palais du Luxembourg, qui visait à protéger "les ménages fragiles des frais et commissions pour incidents bancaires" pendant la durée du confinement.

Récapitulons : le Sénat examinait en début de semaine le projet de loi établissant le cadre juridique de l'état d'urgence sanitaire, qui intègre notamment "les enjeux du déconfinement". L'objectif du gouvernement est d'adopter au plus vite les sept articles du texte, afin qu'il entre en vigueur avant la date du 11 mai. Même si le ministre de la Santé Olivier Véran s'est félicité que "l'essentiel [ait] été maintenu

Lire la suite