Le gouvernement colombien cède 681000 hectares de terres, notamment à des communautés autochtones

Le gouvernement colombien va céder 681 000 hectares de terres à des paysans, des communautés autochtones et des Afro-Colombiens. C'est ce qu'a annoncé le directeur de l'Agence nationale des terres, alors que des autochtones occupent depuis plusieurs semaines des champs agricoles.

Sur les 681 000 hectares qui devraient être cédés, près de la moitié sera dédiée à l'extension des réserves autochtones, selon l'Agence nationale des terres. Les autochtones protestent depuis plusieurs semaines en occupant illégalement des champs agricoles. Ils estiment avoir été spoliés de ces terres où leurs ancêtres vivaient. Ils mettent également en avant la capacité de leur communauté à préserver les écosystèmes.

En Colombie, la plupart des champs agricoles appartiennent à quelques grands propriétaires terriens qui pratiquent souvent la monoculture, la canne à sucre notamment, ou l'élevage de bétail.

Le président promet une réforme agraire

Le tout nouveau chef de l'État, Gustavo Petro, premier président de gauche du pays, a promis une ambitieuse réforme agraire. Et en attendant qu'elle se fasse, les autochtones ont décidé faire pression en occupant des terres. Ce conflit les oppose aussi aux Afro-colombiens, descendant d'esclaves qui travaillent dans les champs ou sont aussi propriétaires de parcelles agricoles.

En Colombie, l'accès aux terres est au cœur d'un conflit qui ensanglante le pays depuis des décennies, impliquant des mouvements paysans, des groupes armés et des narcotrafiquants.


Lire la suite sur RFI