Gouvernement: Borne insiste sur l'importance du "collectif" et de la "cohésion" auprès de ses ministres

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
La Première ministre Elisabeth Borne s'adresse à la presse le 27 mai 2022 à Paris - Emmanuel DUNAND © 2019 AFP
La Première ministre Elisabeth Borne s'adresse à la presse le 27 mai 2022 à Paris - Emmanuel DUNAND © 2019 AFP

Outre la distribution des "feuilles de route" de chaque ministre, Élisabeth Borne a aussi fait un point méthode ce vendredi matin. Auprès des membres du gouvernement réunis à Matignon, la Première ministre a insisté sur l'importance du collectif, a appris BFMTV auprès de plusieurs sources.

"Elle a beaucoup insisté sur l'importance du collectif, sur le fait de bien juger son expression, de s'exprimer seulement quand c'est nécessaire et de faire attention aux conséquences sur le président de la République et sur le collectif", a confié une source.

Insistant sur "l'importance de la cohésion gouvernementale", Élisabeth Borne a indiqué que celle-ci sera gérée "par ses équipes".

Un rappel à l'ordre à peine voilé à l'endroit de Gérald Darmanin, dont l'entourage a fait connaître sa volonté de proposer la fin du retrait de point du permis de conduire en cas de petits excès de vitesse. Une proposition qu'Élisabeth Borne n'a pas arbitrée.

876450610001_6306884621112

Abad silencieux sur les accusations de viols

Plusieurs ministres ont aussi pris la parole, parmi lesquels Damien Abad. Le nouveau ministre des Solidarités a abordé les sujets relatifs à son ministère, comme le handicap, le grand chantier de l'autonomie et les difficultés de recrutement dans le secteur médico-social, sans laisser entendre un mot sur les deux accusations de viols dont il fait l'objet.

876450610001_6306857811112

Bruno Le Maire a de son côté insisté sur l'importance d'une plus grande rigueur budgétaire. Le ministre de l'Économie, déjà présent dans le précédent gouvernement, a dit souhaiter que les dépenses respectent l'objectif présenté par Emmanuel Macron lors de la campagne présidentielle, à savoir le retour du déficit sous la barre des 3% du PIB d'ici à 2027.

Après qu'il a déclaré qu'"un euro dépensé doit être un euro utile", le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti lui a répondu en assurant avoir "bien entendu son collègue". "Mais j'espère qu'il reste quelques sous pour financer d'autres mesures car la justice en a besoin" a-t-il ajouté, cité par une source.

À l'issue de cette réunion, Élisabeth Borne a déclaré que les lois d'urgence pour le pouvoir d'achat seront examinées par l'Assemblée après les élections législatives.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles